Gaël Faye remporte le prix Goncourt des lycéens. Ces deux dernières années ce prix s'est deux fois plus vendu que le roman ayant été couronné par le Goncourt.

Gaël Faye
Gaël Faye © AFP / JOEL SAGET

Le livre de Gaël Faye Petitpays est paru chez Grasset. Il faisait partie de la sélection du Goncourt. L’auteur, de père français et de mère rwandaise, et qui s’inspire de son enfance au Burundi. Petit Pays fait déjà partie des meilleurs ventes de livres de cette fin 2016, tout comme la Chanson douce de Leïla Slimani, couronnée du Goncourt. L'an dernier, c'est Delphine de Vigan, également lauréate du prix Renaudot, qui l'avait emporté pour D'après une histoire vraie (Lattès).

L'histoire est injuste et les chiffres cruels. Cela fait deux ans que le prix Goncourt des Lycéens surpasse en réussite commerciale celui très officiel de l'Académie Goncourt. L'histoire est injuste, mais seulement si l'on se place du côté des tenants de l’académisme et de l'establishment littéraire. Pour l'instant les apparences sont sauves, le Goncourt fait vendre en moyenne 395 000 exemplaires des romans qu'il prime, mais il est talonné par celui des lycéens. (Chiffres GFK sur les années 2010 à 2014).

Créé en 1988, le prix Goncourt des lycéens est organisé par la Fnac et le ministère de l'Éducation nationale. Le jury est constitué d'environ 2 000 élèves.

Les choix des lycéens valent ceux des professionnels

Quand les lycéens lisent et votent, ils font d'excellents choix. Ils ont récompensé Mathias Enard en 2010, bien avant les habitués du restaurant Drouant. L'an dernier, alors que ces derniers se décidaient donc pour Enard, les jeunes lecteurs ont préféré Delphine De Vigan. Son D'après une histoire vraie est plus facile à lire, plus touchant peut-être, que la somme érudite qu'est Boussole. Comme Delphine de Vigan a aussi obtenu le prix Renaudot, les ventes de son roman en ont été d'autant plus importantes.

En 2015 Charlotte de David Foenkinos, le choix des lycéens, s'est vendu deux fois plus que le Goncourt de Lydie Salvayre, Pas Pleurer. Le roman du Goncourt cette fois n'était pas moins accessible.

Mais l'histoire tend ici à prouver, que les lycéens n'ont rien à envier aux professionnels de la littérature.

Si l'on regarde les chiffres de vente, le Goncourt des lycéens n'a pas encore tout à fait dépassé les performances du Goncourt, mais il a largement devancé tous les autres prix littéraires.

Dates des proclamation :

  • Femina : 25 octobre

  • Académie française : 27 octobre

  • Médicis : 2 novembre

  • Goncourt : 3 novembre

  • Renaudot : 3 novembre

  • Décembre : 7 novembre

  • Interallié : 8 novembre

  • Goncourt des lycéens : 17 novembre
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.