C'est le voeu que forme Benoît Mouchart, directeur éditorial des éditions Casterman. "Mon rêve c'est la publication de Tintin et le thermozéro".

Couverture des "Trésors de Tintin", fac similés extraits des archives d'Hergé
Couverture des "Trésors de Tintin", fac similés extraits des archives d'Hergé © Radio France / Casterman

Pour le 90e anniversaire de Tintin, les éditions Casterman ont publié en novembre Les tribulations de Tintin au Congo pour dévoiler les secrets de l'aventure la plus polémique conçue par Hergé et Moulinsart de son côté publie une version remasterisée de Tintin au Congo en format numérique uniquement. Dans Les tribulations, Philippe Goddin y dévoile l'album initial de Tintin au Congo, tel que publié la première fois en 1940. Une somme de documents importantes pour remettre à plat la vision de l'Afrique véhiculée par Hergé et ses propres interrogations sur le sujet. 

Mais quand l'on demande à Benoît Mouchart, directeur éditorial de Casterman, s'il avait fait un rêve, émis un voeu pour fêter Tintin, il répond : "Ah oui, j'aimerais que l'on publie enfin Tintin et le Thermozéro". 

Tintin est le thermozéro, conçu fin des années 50, début 60 est l'aventure la plus aboutie parmi les trois qu'Hergé n'a pas terminées. A chaque fois il s'agit de projets abandonnés au profit d'autres albums. Ce sont les Bijoux de la Castafiore qui ont accaparé Hergé au détriment de cette histoire de thermozéro. 

Un scénario par temps de guerre froide

Tintin, Haddock et Tournesol sont témoins d'un accident de voiture en se rendant au château de Moulinsart. Un homme est blessé, de nombreux témoins sont là autour de lui et Tintin le recouvre de son imperméable beige pour le protéger. Mais voilà que le blessé glisse dans la poche de l'imperméable un petit objet à l'insu de tous. L'enquête commence quand Tintin se rend compte que tous les témoins de l'accident ont été cambriolés. Visiblement quelqu'un cherche quelque chose qui se trouvait sur les lieux de l'accident. Mais quoi ? Tintin et le thermozéro est une enquête autour d'une arme secrète, le fameux thermozéro, une course-poursuite entre Tintin, Haddock et des agents secrets, dans le contexte de la guerre froide. 

Pour Benoit Mouchart  les 62 pages de storyboard et les 8 pages déjà crayonnées par Hergé font de cette aventure un projet achevé et publiable. 

"C'est l'âge d'or d'Hergé, c'est le moment, où il est en pleine possession de son art, de ses moyens narratifs et de son humour, c'est donc là un témoignage très intéressant. J'incite tous les auditeurs de France Inter à écrire à l'ayant-droit d'Hergé, Fanny Rodwel, pour la convaincre de publier cette histoire".

Les experts reconnaissent que cette histoire commençant sur les chapeaux de roues, avec vivacité, est particulièrement réussie et ils n'ont pas fini de s'interroger sur les motivations d'Hergé pour avoir mis ce projet de côté.

Hergé avait par deux fois fait retravailler cette histoire par ses collaborateurs à l'époque, Jaques Martin puis Greg, mais finalement il n'a jamais eu l'occasion de sortir cette histoire de ses tiroirs. Il a offert deux des huits pages crayonnées à des dessinateurs (Bob de Moor et Gilbert Gascard). En 2016 une des planches crayonnées du Thermozéro a été mise vendue chez Christie's (230 000 euros). 

> Découvrez le crayonné numéro 4 en détail 

En 1989, l'éditeur Rombaldi avait publié les 8 pages crayonnées et les dessins préparatoires. Le livre est aujourd'hui introuvable et le trésor du Thermozéro est entre les mains de Moulinsart.  Seule Fanny Rodwell peut autoriser au nom d'Hergé l'utilisation des aventures inachevées de Tintin. Fanny Rodwell, sa deuxième femme a hérité des droits sur son oeuvre, qu'elle gère au travers des Studios Hergé (anciennement Fondation Hergé) depuis 1986 et de Moulinsart SA depuis 1996.

Le Thermozéro, encore mieux que l'Alph Art

Le cas de l'aventure avec le thermozéro est différent par rapport à celle l'Alph Art. 

En 1986, une première publication de Tintin et l'Alph Art, histoire inachevée, a eu lieu, puis une réédition à l'occasion des 75 ans du héros belge. Hergé avait commencé à imaginer une enquête de Tintin dans les milieux de l'art, à la poursuite de faussaires. Il y est fait référence au Centre Georges Pompidou (qu'Hergé aime comparer à une raffinerie), et au sculpteur César. Tintin cherche à élucider les circonstances de la mort d'un galeriste d'art, et en enquêtant sur un trafic de faux tableaux, il tombe sur une secte à laquelle Bianca Castafiore aurait un temps adhéré. 

L'histoire n'avait pris forme que sur trois pages, le scénario était à reprendre dans son ensemble et il fallait imaginer une fin. Cela n'avait pas empêché Moulinsart d'accepter une publication en l'état et l'album s'est tout de même vendu à 500 000 exemplaires. 

Benoît Mouchart estime donc qu'avec le Thermozéro, beaucoup plus abouti, Tintin pourrait remporter à nouveau un grand succès. 

Il existe un autre embryon d'histoire qu'Hergé n'a pas développé en raison de la complexité du scénario. Il s'agit d'Un jour d'hiver, dans un aéroport. Une aventure de Tintin, uniquement dans un aéroport, où Tintin recroiserait de nombreux personnages de ces autres aventures. Le dessinateur Yves Rodier a tenté de la mettre en forme et a lui aussi abandonné devant la complexité de la tâche. 

PODCAST / Ecoutez Tintin et le Lotus bleu  et Les cigares du Pharaon

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.