Vincent Lindon était l’invité d’Augustin Trapenard avec Stéphane Brizé, le réalisateur d'"En guerre" présenté en compétition officielle au Festival de Cannes. L’occasion d’une conversation à bâtons rompus, sur l’engagement, mais également de belles paroles sur le couple.

Vincent Lindon en septembre 2017
Vincent Lindon en septembre 2017 © Getty / Francois G. Durand

Trois ans après avoir bouleversé le Festival de Cannes avec La loi du marché, couronné par un prix d’interprétation, Vincent Lindon et Stéphane Brizé poursuivent leur collaboration avec "En guerre". Le film évoque une usine qu’une partie de ses salariés essaye de sauver de la fermeture.

Après avoir évoqué la valeur d’une image (qui "n'est jamais seule"), la chemise arrachée du DRH d'Air France ("que faut-il faire à des gens pour qu’ils en arrivent à perdre leur sang-froid ?"), le questionnement des non-convaincus de la nécessité d'un combat social et non de convaincre les convaincus...  

Alors qu’on l’interroge sur la naissance d’un grand duo de cinéma, Vincent Lindon se lance dans un plaidoyer pour la parole

Vincent Lindon : "Moi, je n’aime que parler au monde. Quand on me demande mon hobby, on me demande si j’aime voyager. Je déteste voyager. Je n’aime qu’une chose, c’est les gens. C’est boire des apéros et parler. Moi j'aime parler. Je suis un fou de la parole. J'aime écouter, poser des questions, essayer de convaincre, essayer de me faire convaincre.

La parole, c’est la plus belle arme, le plus bel outil pour faire avancer les choses, pour les stopper, pour comprendre l'autre

Un couple qui sait se parler est un couple qui peut durer. Un metteur en scène et un acteur qui savent se parler peuvent faire de belles choses. Je pense qu'on arrange tout avec la parole. Si on arrive à dire à l’autre : je t’en supplie, écoute-moi jusqu’au bout, ne me coupe pas la parole justement. Après tu auras le même temps que moi pour me donner ton point de vue.  Mais parlons-nous, parlons-nous... 

Pour l’amour du ciel, parlons-nous, dis-moi des choses, mets des mots sur les sentiments. Signifie-moi les choses. Je pense qu'en signifiant à l’autre sans arrêt, dire "je t’aime", "je ne suis pas content", "je suis con", "j’ai eu tort tout à l’heure",  "pardon", "je te présente mes excuses"... Avec tous ces mots-là. On gagnerait un temps fou et on arrangerait des milliards de situations. "

Ecouter Vincent Lindon : 

1 min

Vincent Lindon "on arrange tout avec la parole"

Par France Inter

►►►ECOUTER | l'intégralité de Boomerang avec Stéphane Brizé

Regarder la bande-annonce d'En Guerre :

ALLER PLUS LOIN

►►► Quand Vincent Lindon lit le "discours de Stockholm" d'Albert Camus

►►► Le couple doit-il être un égoïsme partagé ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.