Chaque jour pendant le festival de photojournalisme Visa pour l'image, France Inter vous dévoile une image marquante exposée à Perpignan, commentée par son auteur.e. Aujourd'hui, une photo de Catalina Martin-Chico, Lauréate du Prix Canon de la Femme photojournaliste, visible dans l'exposition "Colombie : (Re)Naître".

Olga, c’est son prénom de guerre ; elle s’appelle Angelina. Elle est rentrée dans la guérilla à 11 ans, après avoir été mise à la porte par sa mère. C’est l’une des premières ex-guérilleras à être tombée enceinte dans la jungle.
Olga, c’est son prénom de guerre ; elle s’appelle Angelina. Elle est rentrée dans la guérilla à 11 ans, après avoir été mise à la porte par sa mère. C’est l’une des premières ex-guérilleras à être tombée enceinte dans la jungle. © Catalina Martin-Chico / Cosmos

"C’est un conflit qui a fini par faire partie du paysage. La guérilla des Farc a fait 260 000 morts, 7 millions de déplacés et des dizaines de milliers de disparus. La paix, signée en août 2016, a mis fin à un demi-siècle de violences. Le pays découvre alors une réalité inconnue de la vie des combattantes de ce groupe de rébellion marxiste.

Ces femmes auraient représenté près de 40 % des Forces armées révolutionnaires de Colombie et, pour elles, pendant 53 années de guérilla, les grossesses étaient interdites. Celles qui n’avaient pas pu l’éviter étaient condamnées à avorter ou à abandonner le nouveau-né."

Depuis que la paix a été signée, elles sont des centaines à avoir choisi de donner la vie. La Colombie parle désormais de baby-boom dans la jungle.

"Dès 2017, Catalina Martin-Chico parvient à suivre le quotidien de ces hommes et de ces femmes qui n’ont pas encore rendu les armes et attendent leur réinsertion dans la vie civile. Encore confinés dans des zones de transit, ces ex-combattants font le dur apprentissage de la transition." 

Extrait du texte d'Auberi Edler, mai 2018

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.