À l'occasion de la journée mondiale des musées, lundi, le jeu à succès Animal Crossing lance un événement spécial lié à son musée. L'occasion de revenir sur les nombreuses initiatives qui font entrer l'art dans ce jeu protéiforme.

Une fresque de Miró a été reproduite dans le jeu, grâce aux QR Codes délivrés par le musée de Cininnati
Une fresque de Miró a été reproduite dans le jeu, grâce aux QR Codes délivrés par le musée de Cininnati © Julien Baldacchino

Imaginez une fresque de Joan Miró dans votre salon. Dans la vraie vie, à moins d'avoir beaucoup d'argent ou beaucoup de chance, peu de probabilité que cela arrive. Mais dans le monde imaginaire d'Animal Crossing, c'est simple comme bonjour - ou presque.

Faut-il encore présenter ce jeu créé par Nintendo, dont le cinquième épisode, sorti le 20 mars dernier, bat des records de vente et de popularité ? En plein confinement, ce jeu qui propose une simulation de vie lente et paisible a suscité un engouement phénoménal. Si dans Animal Crossing tous les aspects de la vie quotidienne (le commerce, les amitiés, le bricolage, etc.) se retrouvent dans une version colorée et bienveillante de la vraie vie, c'est aussi le cas de l'art et de la culture. 

Ce lundi 18 mai, à l'occasion de la journée mondiale des musées, le jeu lance un événement spécial dédié à son musée : pendant quinze jours, les joueurs pourront faire valoir leur statut de collectionneurs d’art dans le jeu, avec récompenses à la clé. Mais les amateurs d’art n’ont pas attendu pour faire d’Animal Crossing leur refuge. 

Le musée de Thibou, passage obligé des amateurs, collectionneurs… et faussaires

Parmi les lieux-clé de ce monde qui prend place sur une île aussi paradisiaque que déserte au début du jeu, un musée est rapidement érigé. Son conservateur, Thibou (un hibou au nœud papillon élégant et à la parole abondante, phobique des insectes), y reçoit vos dons de poissons, d'insectes, de fossiles, et depuis peu… d’œuvres d’art. 

La dernière mise à jour du jeu a introduit des collections d’art, avec une galerie – vide, au départ – à remplir avec des chefs-d’œuvre tels que L’Homme de Vitruve de Leonard de Vinci, La Liberté guidant le Peuple de Delacroix ou La Nuit étoilée de Van Gogh. Autant dire que votre petit musée local peut rapidement devenir plus prestigieux que le Louvre, le MET et l’Ermitage réunis.

Reste que le seul moyen de s’approvisionner en œuvres d’art flirte avec l’illégalité. Rounard, le vendeur d’art, vous vendra des tableaux et des sculptures à l’origine louche. Et ça, c’est dans le meilleur des cas, quand il ne s’agit pas purement et simplement de faux. Avantage de l’opération : les apprentis collectionneurs devront apprendre à affûter leur œil et à observer les œuvres proposées, car la clé se trouve dans les détails. Vous passerez parfois quelques dizaines de minutes à observer votre chef-d’œuvre pour vérifier son authenticité.

Les vrais musées s'y mettent aussi

Mais désormais, l’art ne s’arrête plus aux portes du musée d’Animal Crossing. Profitant du confinement, plusieurs musées qui ont dû fermer leurs portes en ont profité pour développer leur présence dans le jeu de Nintendo. En France, le muséum d’Histoire Naturelle d’’Angers a imaginé des visites virtuelles du musée en compagnie d’un (véritable) conférencier, qui donne des indications sur les animaux, fossiles et insectes présentés dans le musée. 

Des musées américains ont poussé plus loin encore l’idée et ont profité de la possibilité de créer des motifs décoratifs personnalisés pour transposer leurs œuvres dans le jeu. Le Metropolitan muséum de New-York (le fameux « Met »), le Getty Institute de Los Angeles et le musée de Cincinnati (Ohio) ont tous les trois mis à disposition des joueurs des QR codes permettant d’importer dans le jeu des tableaux célèbres et de les accrocher chez soi. Le Met a poussé l’intégration jusqu’à ajouter une icône "Animal Crossing" à côté des icônes "Facebook", "Twitter" et "WhatsApp" accompagnant les visuels des œuvres d’art... pour l'ensemble des 406 000 oeuvres de sa collection en ligne. 

Terrain (virtuel) de création (réelle) pour les artistes

L’un des grands aspects de ce jeu, c’est la part belle qu’il fait à l’imagination et à la création. Chaque joueur ou joueuse peut ainsi modeler sa maison à son image, pour en faire au choix une école, une maison hantée, une salle de musique ou… une galerie d’art. Aussi certains joueurs ou joueuses et néanmoins artistes ont décidé de transformer leur maison en musée, voire leur île déserte en atelier ou en exposition à ciel ouvert

C'est le cas par exemple de l'artiste américaine Shing Yin Khor, qui a reproduit sur son île de grandes installations d'art contemporain comme les Umbrellas, parasols jaunes de Christo et Jeanne-Claude, ou la performance The Artist is Present de Marina Abramovic.

Parmi les œuvres les plus fréquemment réinterprétées, on retrouve celles de la japonaise Yayoi Kusama, dont les œuvres, aux motifs à pois récurrents, sont faciles à reproduire dans le jeu. 

La démarche la plus avant-gardiste est certainement celle de l'artiste Julia Maiuri, qui a ouvert sur son île virtuelle, nommée Kittengale, le MoCAK pour "Museum of Contemporary Art Kittengale" : une galerie d'art dans laquelle elle invite chaque semaine un ou une artiste pour une exposition temporaire, sous la forme d'une carte blanche. En somme, de véritables expositions, créées exclusivement pour ce support. 

Et au sein même de ce musée, certaines artistes invités vont encore plus loin en se basant sur l'univers d'Animal Crossing lui-même pour leurs expositions : pour sa carte blanche au MoCAK, l'artiste Mark Schoening a imaginé une installation nommée "The Red Tulip Glitch Memorial", composée de tulipes en pot et d'une inscription sur toile : "Never Again". Une œuvre qui fait référence à une erreur de code (un "glitch") d'un précédent jeu Animal Crossing, dans lequel une tulipe rouge reçue en cadeau pouvait corrompre les données de sauvegarde. Comme si ce monde virtuel avait une histoire, avait vécu ses propres traumatismes qui inspireraient les artistes contemporains. 

View this post on Instagram

On the early morning of January 12, 2006, Animal Crossing: Wild World player, Quacks9, received a very memorable gift that would forever change their time and understanding of their town. An unusual blank note along with a beautiful red tulip arrived in their mailbox. Not thinking much of the letter, Quacks decided to plant the tulip. Almost immediately, an impenetrable barrier blocked the exits of their house and Quacks became trapped in what would become known as the Red Tulip Glitch, along with thousands of other Wild World players. The origin of the letter remains a mystery to this day. Nintendo eventually discovered an antidote, and Quacks along with the others returned to their joyous routines. MoCAK is proud to present 𝕿𝖍𝖊 𝕽𝖊𝖉 𝕿𝖚𝖑𝖎𝖕 𝕲𝖑𝖎𝖙𝖈𝖍 𝕸𝖊𝖒𝖔𝖗𝖎𝖆𝖑 by Mark Schoening. The site is an homage to the hardship and confusion experienced by those players, with installations both on the lawn of MoCAK and in the indoor gallery space. Your ability to view this work now is a testament to the perseverance and dedication of all the inhabitants of Animal Crossing: Wild World. Never again ❤️ Visitors to this exhibit will receive a packet of red tulip seeds from Joolz to take home with them. Plant these seeds without fear, and remember Quacks9 when they bloom 🙏🌷 @markschoening #markschoening #redtulipglitch #animalcrossingwildworld #animalcrossingnh #newhorizons #redtulipproblem

A post shared by MoCA Kittengale (@moca.kittengale) on

Peut-être le projet le plus ambitieux vu dans cet univers parallèle, qui devient à la fois la source d'inspiration, le support et le lieu d'exposition d'une œuvre d'art inédite. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.