Boomerang avait l'oreille musicale, romanesque et philosophique cette semaine. L'écrivaine Valérie Zenatti, prix inter 2015, la chanteuse Lou Doillon, le philosophe Jacques Rancière, le chanteur et musicien Ben Mazué et l'écrivain, journaliste britannique Will Self sont venus se confier au micro d'Augustin Trapenard.

"Vivre est la plus grande aventure qui soit ! " - La chanteuse Lou Doillon au micro d'Augustin Trapenard
"Vivre est la plus grande aventure qui soit ! " - La chanteuse Lou Doillon au micro d'Augustin Trapenard © Getty / DaniloAndjus

Ne manquez aucun des meilleurs moments des entretiens de Boomerang cette semaine, grâce au mix de Anouk Roche

13 min

Le Best-of de Boomerang du vendredi 26 mars 2021

Par Anouk Roche

Will Self

Il figure parmi l'une des meilleures plumes romanesques britanniques de notre époque, depuis notamment son célèbre recueil de 6 nouvelles La théorie quantitative de la démence ou encore Mon idée du plaisir : contre nature puis Dorian : une imitation. Will Self était au micro de Boomerang, à l'occasion de la sortie de son tout nouveau roman, Will où il revient aux origines de sa vocation dans une plongée hallucinante de l’Angleterre des années 1980 : 

WS : "Nous sommes tous, au cours de notre vie, détrompés des illusions de la réalité. Et quand nous réagissons par un trauma, c'est parce que l'illusion s'effondre et que nous voyons la réalité. J'ai été incapable de garder, dans ma vie d'adulte, l'illusion du projet libéral, l'illusion que les humains puissent, par eux-mêmes, parer à l'urgence climatique et empêcher les conséquences particulièrement néfastes du réchauffement de la planète [...] Je crois qu'une part énorme de nos activités culturelles, politiques, sociales, psychiques n'a pour but que d'éluder la vérité à ce sujet et de maintenir notre déni.

Ce qui m'émeut, m'inspire, c'est l'addiction à la fiction, ce que cela représente d'être un humain à la fiction, d'avoir une quelconque volonté. On met alors sur papier son interprétation personnelle du monde, et on se met à mieux le comprendre. À partir de ce moment, vous pensez vraiment connaître le monde en le couchant sur le papier, mais ce n'est qu'une simple illusion [...]

Les réseaux sociaux procurent l'illusion de l'égalité et de l'entraide, de la collectivité. En cela, ils s'apparentent véritablement à une drogue. Ça vous donne un petit accès de plaisir, ça libère de l'endorphine dans le cerveau [...]

La langue anglaise est bien plus accommodante que le français

Elle intègre une élasticité. C'est devenu la langue véhiculaire de la culture mondiale, car elle comporte toutes sortes de figures de style et de tournures qui deviennent presque universelles. On peut beaucoup jouer avec cela. L'anglais est une langue aisément destabilisable".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ben Mazué 

Le chanteur vient de sortir son quatrième album solo Paradis, dans lequel il chante une douloureuse rupture amoureuse, écrit sur les grands virages de la vie, mais aussi les pertes, les enfants, autant que l’amour qui dure. Son entretien au micro d'Augustin Trapenard :  

BM : "Écrire un album, c'est vivre, c'est une aventure. Il fallait vivre et, là, j'ai vécu, j'ai compris que ce métier était merveilleux, justement parce qu'il faut voyager, il faut rencontrer des gens, aller au cinéma, lire. C'est ça le métier". 

Vivre cette aventure de la vie, ça vient nourrir le récit, l'inspiration et les chansons

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La Carte blanche - Ben Mazué reprend Anne Sylvestre, "Une sorcière comme les autres" : 

Lou Doillon

Comédienne, mannequin, chanteuse, l'artiste éclectique sortait son nouvel album en novembre dernier "Look at me now". Au micro d'Augustin Trapenard elle est venue partager les textes et les voix qui enchantent son esprit d'artiste :

Je suis violemment amoureuse de la vie des autres, et surtout de voir tant de vies 

LD : "Il faut se tenir à quelque chose. Moi je vais écrire, je vais dessiner, rendre compte de nous, de notre beauté, de nos moments pathétiques. C'est important, car il y avait peu de chances qu'on soit là [...]

Vivre est la plus grande aventure qui soit ! 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Depuis que je suis petite, je compte les minutes et je me fais pleurer toute seule [...]

Il y a une grande dextérité dans la langue française qui est merveilleuse, mais qui, par moments, peut aussi se manger elle-même. Je crois que c'est pour ça que j'écris en anglais. Quand j'essayais de traduire Serge (Gainsbourg) à des Anglais, c'était quasi impossible. Il y avait une forme de dextérité et d'intelligence que je n'arrivais pas à transmettre". 

La langue anglaise me va mieux pour exprimer des sentiments qui sont un peu bêtes et simples

Carte blanche - Lou Doillon a repris "Small Town boy" de Bronski Beat

Jacques Rancière

JR : "J'espère n'appartenir à aucune élite car le mot essaie de mettre ensemble des choses qui n'ont rien à voir, à savoir une autorité exercée et l'idée d'une supériorité. Mon idée, c'est que c'est le contraire : plus on gagne de pouvoir, plus on devient crétin. C'est à peu près ce que j'ai vérifié.

Aristote disait qu'il faut que ce soit les meilleurs qui gouvernent. Mais ceux qu'on appelle les meilleurs, c'est quoi ?  C'est simplement les plus riches. Ce qu'on appelle les élites, ce sont les notables, les gens qui ont le pouvoir [...]

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

J'essaie, comme beaucoup d'autres personnes, de maintenir un non-consentement parce que, précisément, on est dans une époque qui est vraiment celle du consentement, du consensus. Et le consensus, ce n'est pas d'être tous d'accord [...]

Il y a un modèle classique qui veut qu'il y ait quelqu'un qui sache et qui transmette à celui qui ne sait pas. Mais le problème, ce n'est pas d'enseigner aux autres, mais de leur montrer qu'ils peuvent s'emparer eux-mêmes du savoir [...]

Il y a évidemment toutes sortes de choses positives et négatives qu'on peut dire sur les réseaux sociaux mais, effectivement, il y a cette chose qui fait que, soudainement, tout le savoir est disponible et qu'on peut finalement s'y aventurer un peu par soi-même". 

Valérie Zenatti

Le Prix du livre inter 2015 pour Jacob, Jacob était aux côtés d'Augustin Trapenard. Elle est venue partager tout ce qui donne l'inspiration à sa brillante plume, depuis la parution de son premier roman "En retard pour la guerre", réédité en format Poche chez l'Olivier : 

VZ : "L'idée de la mort et de l'histoire qui broie les êtres et qui peut, du jour au lendemain, décider de leur vie ou de leur mort, m'accompagnaient, enfant, dans une très grande terre. Ensuite, la peur, m'a quitté assez tôt parce que j'ai eu la chance d'avoir les livres, la musique, un amour de la vie très très grand et qui n'est pas un simple amour béat. 

J'aime la lumière parce que je pense connaître assez bien l'obscurité. J'aime la vie parce que je pense avoir suffisamment approché la douleur pour aimer chaque instant de grâce et de beauté qui me sont offerts

J'ai commencé à écrire parce que ce qui me révoltait, c'était l'oubli. J'avais conscience qu'on oubliait la majeure partie de ce qu'on vit et je ne me remettais pas d'avoir oublié ma naissance. J'ai donc commencé à écrire pour retenir [...]

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Je pense que Stéphane Hessel a fait du mal au débat public avec son livre Indignez-vous! L'indignation est un mouvement qui est nécessaire et qui nous traverse tous face à certaines situations [...]

Le français ne m'appartient pas, l'hébreu non plus. Au contraire, j'ai l'impression que ce sont deux langues qui m'accueillent en elles, qui me font une place et avec lesquelles je dialogue de manière très différente. 

Je suis très heureuse de vivre dans deux langues

Je pense que, dans une traduction, il y a les compétences du traducteur, de sa connaissance de la langue source et de la langue d'arrivée. Comme en musique, une façon d'être dans les harmoniques de la langue source, d'être dans la tonalité de l'auteur. Une bonne traduction, c'est peut-être aussi une traduction imparfaite parce que la traduction c'est aussi un infini, parce que deux langues ne peuvent jamais dire la même chose".

Carte blanche : Ôde à la gentillesse de Valérie Zenatti 

Aller plus loin

🎧  SUIVRE - Boomerang : Tous les entretiens d'Augustin Trapenard, du lundi au vendredi à 9h05

▶︎▶︎▶︎ @BoomerangInte