Ce sont des artistes marquants de l'art contemporain. Qu'ont-ils fait de leur temps de confinement pendant la crise du Covid ? Images d'évasion, visages baillonnés, interrogation sur l'exil : voici douze œuvres qui racontent des artistes en confinement.

L'artiste Orlan, pendant le confinement, s'est photographiée et présentée masquée
L'artiste Orlan, pendant le confinement, s'est photographiée et présentée masquée © Art Arbsolument

Ces œuvres, ainsi qu'une cinquantaine d'autres, témoignent de l'activité des artistes dans leurs ateliers pendant le confinement. Ils les ont communiqué à l'initiative du galeriste Teddy Tibi, de la galerie parisienne Art Absolument. 

Certains artistes ont profité de cette assignation à résidence pour approfondir ou terminer des travaux en cours, d'autres ont tout de suite exprimé leur envie d'évasion, de grands espaces et d'air libre. 

Parmi les incontournables de l'art contemporain, Ernest Pignon-Ernest par exemple a enfin terminé ses dessins pour accompagner Aurélia, de Gérard de Nerval, ouvrage dans lequel l'écrivain du XIXe siècle décrit ses crises de folie. Tania Mouraud était plus que jamais en phase avec sa réflexion sur la nature, détériorée et souffrante, et Peter Klasen, tenant de la Figuration narrative, a proposé à la galerie Art Absolument une clinique onirique, qui fait écho à la mobilisation des soignants, ou à la peur de la maladie qui a pu nous saisir. 

Photo de Tania Mouraud, à gauche, et oeuvre de Peter Klasen, à droite
Photo de Tania Mouraud, à gauche, et oeuvre de Peter Klasen, à droite / Art Absolument

Le besoin d'évasion

C'est le cas de l'écrivaine et peintre Zoe Valdès, dont l'appartement est tapissé des ses œuvres réalisées depuis des dizaines années. En général ses tableaux font référence à sa Havane perdue, aux chansons qui ont bercé son enfance. Mais cette fois un oiseau a pris ses ailes à son cou, tentant l'échappée belle depuis la fenêtre de papier sur lequel elle l'a posé. Même soif de perspective pour Olivier Masmonteil, qui, confiné, s'est offert "plus que jamais une évasion vers [ses] paysages de prédilection. La magie de la peinture alors opère, comme la possibilité de voyager grâce à la tache et à la couleur. J'ai toujours aimé jouer de l'opposition mur/fenêtre que permet le tableau" a-t-il expliqué à la galerie Art Absolument. 

L'oeuvre de Zoe Valdès, pendant le confinement et celle d'Olivier Masmonteil
L'oeuvre de Zoe Valdès, pendant le confinement et celle d'Olivier Masmonteil / Art Absolument

La tentation du masque 

Dès le début du confinement, l'artiste Orlan a pensé à Mandela "confiné dans une toute petite cellule pendant 27 ans" . Elle a annoncé qu'elle commençait son autobiographie, et les jours passant est apparue sur son site internet, masquée. L'artiste, habituée à interroger nos regards sur le corps n'a pas manqué d'imprimer sur ses masques petites et grandes lèvres de femme, au milieu des représentations du virus du Covid. 

Masqué également, l'artiste d'origine algérienne et vivant à Marseille, Yazid Oulab, que l'on découvre comme en-naturé, c'est-à-dire dissimulé dans des branches d'arbustes. Si l'on en croit les photos qu'il a prise de lui-même, l'homme est plus facilement visible quand les branches de l'arbre sont sèches, quand la nature est morte. 

L'artiste Yazid Oulab
L'artiste Yazid Oulab / Art Absolument

Autre façon d'envisager les questions de masques, c'est celle de la liberté d'expression. L'artiste Isabelle Lévénez, s'est trouvée un temps sans inspiration. C'est une peinture de l'artiste Fabien Boitard qui lui a redonné de l'élan, un portrait assez classique bâillonné d'une lourde tache de peinture blanche.  En écho, elle a conçu une aquarelle, un visage dont on voit sortir une phrase coup de poing, comme une réponse coup pour coup à l'adversité, parole libérée même en temps d'enfermement.
 

Isabelle Lévénez a créé l'aquarelle (à gauche) en réponse au tableau de Fabien Boitard (à droite)
Isabelle Lévénez a créé l'aquarelle (à gauche) en réponse au tableau de Fabien Boitard (à droite) / Art Absolument

Solidarité des solitaires confinés  

Pour certains le confinement à résonné comme un exil. C'est le cas pour l'artiste Jean Gaudaire-Thor. Il travaillait, quand le confinement l'a obligé à rester chez lui, sur la figure de Napoléon, condamné à l'exil, sur l'île d'Elbe en 1814-1815, avant d'aller finir ses jours sur la lointaine île de Sainte-Hélène entre 1815 et 1821.  Jean Gaudaire-Thor a été plus attiré par la tentation solitaire de Napoléon que par ses rêves de gloire et habits d'empereur.

Oeuvre de Jean  Gaudaire-Thor, en référence à l'exil de Napoléon
Oeuvre de Jean Gaudaire-Thor, en référence à l'exil de Napoléon / Art Absolument

Confinement et solitude ne sont pas de nature à apeurer les artistes d'une manière générale. Pour le Congolais Gastineau Massamba, installé à Montreuil, "le confinement est un bonheur pour les hommes qui apprécient le silence, la nature, et la solitude dans l'essentiel". C'est en tout cas le message qu'il a partagé en montrant l'oeuvre qu'il était en train de faire.

Gastineau Massamba, oeuvre réalisée pendant le confinement
Gastineau Massamba, oeuvre réalisée pendant le confinement / Art Absolument

Élargissement du temps et de l’espace 

Pour Philippe Cognée, la parenthèse du confinement a été l'occasion de se plonger plus encore dans un travail gigantesque. Il travaille sur une oeuvre qui sera abritée à partir de la rentrée dans le bâtiment des Archives Départementales de l'Isère à Grenoble. Une fresque de huit mètres sur quatre, qui représente une tour utopique en forme de sablier. Il a fait rimer confinement et concentration pour ce projet hors normes, dans lequel on voit un sablier absorber l'énergie du temps et de l'espace. 

Le projet de Philippe Cognée pour les Archives départementale de l'Isère
Le projet de Philippe Cognée pour les Archives départementale de l'Isère / Art Absolument

Pour Eric Bourret à La Ciotat, le moment était aussi venu de travailler à un polyptyque de vues de mer prises en Atlantique et Méditerranée, de les poser sur un immense papier photo qui se met à onduler comme les vagues, promesse d'un embarquement pour de lointains horizons. 

Série de photos prises en mer par Eric Bourret
Série de photos prises en mer par Eric Bourret / Art Absolument

Toutes les œuvres rassemblées par la galerie Art Absolument, sont exposées jusqu'à la fin du mois, et elles seront vendues aux enchères le 10 juillet par la maison Piasa.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.