Le tourisme évolue avec le temps : nous n'avons pas les mêmes attentes que nos parents ou nos grand-parents quant aux vacances. Jean-Didier Urbain explique au micro d'Ali Rebeihi ce qui a changé depuis que le tourisme a été inventé, il y a deux siècles (seulement).

Le tourisme change avec les époques... Mais qu'est-ci qui change, au juste ?
Le tourisme change avec les époques... Mais qu'est-ci qui change, au juste ? © Getty / United Archives

Les vacances et la façon dont on les remplit sont un reflet de la société - ils évoluent avec elle... Le sociologue Jean-Didier Urbain note : "nos grands-parents considéraient les vacances comme une récompense ; pour nous c'est un droit !" 

Ces dernières années, de nouvelles formes de vacances sont apparues : des séjours plus courts, plus souvent dans l’année. Il est loin le "modèle français" des années 1960, où les vacanciers partaient pour quatre semaines durant l'été ! Aujourd'hui, moins d'un Français sur deux part en juillet / août ; on estime que les Parisiens font en moyenne six séjours par an. 

Jean-Didier Urbain observe :

Les vacances font toujours rêver mais les imaginaires changent. Elles sont aujourd'hui plus portées sur le repli sur soi et moins sur la découverte.

Les destinations varient avec les époques

Par exemple, le goût du paysage n'est apparu qu'au XVIIe siècle. "Le pèlerin du Moyen-Âge ou de la Renaissance a horreur du paysage, il veut le traverser le plus vite possible pour arriver à la ville avant la nuit" souligne Jean-Didier Urbain.

Comme quoi il n'y a pas que les sociétés qui changent : les voyageurs aussi. Aujourd'hui, on voit apparaître dans les destinations touristiques  les vacanciers venus des BRICS (vacanciers du Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). "Le tourisme se développe au prorata de l’urbanisation des pays" estime Jean-Didier Urbain. 

Cela s'observe dès les premières heures du tourisme : en Angleterre, la moitié de la population était dans les villes dès 1861 (en France, il a fallu attendre 1932)... et les Anglais inventent le concept de tourisme à la moitié du XIXe siècle. 

L'invention des congés... et du tourisme

Le gentleman anglais du XIXe siècle doit faire "le Grand Tour", un tour d'Europe après ses études à l’université. Parfois, il va jusqu’à Jérusalem, s’arrête en Italie, va en Grèce... À la fin, il doit en rapporter un récit de voyage. Cela devient le prototype culturel du tourisme.

Jean-Didier Urbain souligne : "Nous devons pratiquement tout aux Anglais en terme d’invention de vacances : le cyclotourisme, le camping, le village-vacance, les bains de mer… et même l'invention des congés, qui se fait dès la fin du XIXe siècle (par un décret) !"

Nous avons l’impression d’être les inventeurs des congés payés, en fait nous sommes les retardataires ! 

Les congés existaient déjà en Allemagne, en Hollande, en Belgique... Chez nous, c'était un décret national et chez eux par secteur, mais ça existait déjà bien avant 1936 !

Aller plus loin 

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.