Yo-kai Watch, le film, sort dans les salles de cinéma ce mercredi. En quatre ans d'existence, la licence est devenue incontournable pour les 4-10 ans et une très bonne affaire.

Jibanyan, l'un des personnage phare de l'univers de Yo-kai Watch
Jibanyan, l'un des personnage phare de l'univers de Yo-kai Watch © Radio France / Thibault Lefèvre

Après des jeux vidéos, des mangas et une série TV, la franchise "Yo-kai Watch", phénomène des cours de récréation, débarque au cinéma dans un premier long métrage d'animation.

L'engouement chez les fans est semblable à ce qui s'est passé avec la saga Pokémon à la fin des années 1990. Yo-kai Watch, le film, s'apprête à sortir dans les salles obscures françaises ce mercredi. Le long-métrage revient sur la genèse de la Yo-kai Watch, cette montre unique en son genre qui permet à Nathan, le héros de la saga, de pouvoir voir et communiquer avec les Yokai, des "fantômes" pour la plupart pacifiques qui peuplent notre monde.

Comme beaucoup de mangas et de jeux-vidéos avant lui, Yo-kai Watch s'est fortement inspiré des mythes et les légendes nippones pour donner de la consistance à son univers. Dans le folklore japonais, les "yokai" sont des entités surnaturelles espiègles qui possèdent des pouvoirs qui les rendent capables d'influer sur le monde des humains.

Toutes ces caractéristiques, intégrés par la série et les jeux-vidéos ont été très vite trouvé leur public. En à peine quatre d'existence, la franchise qui relate les aventures d'un garçon d'une dizaine d'années entourés de ses amis fantomatiques, fait un carton chez les enfants entre 4 et 10 ans.

Des produits dérivés à toutes les sauces

En France, outre le film, Yo-kai Watch a bâti son succès sur trois jeux-vidéos sortis sur la console portable de Nintendo (le second opus est sorti en deux versions), deux applications sur téléphones portables, six mangas en version papier et un plus de 180 épisodes en dessin animé. Si les jeux-vidéos et la série construisent l'ossature de la franchise, les produits dérivés permettent également d'assurer une bonne rentabilité à l'entreprise ainsi qu'à fidéliser les enfants autour de cet univers.

A l'instar des cartes à jouer Pokémon, qu'il fallait acheter et échanger pour compléter sa collection, la franchise Yo-kai Watch propose aux consommateurs d'acquérir la fameuse montre au cœur de la série, ainsi que les 200 médaillons nécessaires pour terminer son bestiaire de Yokai. Il existe également des figurines à l'image des héros, des peluches et bien d'autres objets. En 2016, les seuls jeux-vidéos Yo-kai Watch se sont écoulés à plus de dix millions d'exemplaires dans le monde.

La Yo-kai Watch, la fameuse montre de la franchise qui est indispensable pour décrypter les Yokai
La Yo-kai Watch, la fameuse montre de la franchise qui est indispensable pour décrypter les Yokai © Radio France

Un écosystème bien huilé

Cependant, si les objets à collectionner représentent la part la plus importante en terme de merchandising, à la différence des monstres de poche de Pokémon qui ne propose aucune interaction avec ses cartes à jouer, Yo-kai Watch va plus loin et fait fonctionner ses produits dérivés dans un grand écosystème.

Ainsi, chaque médaillon acheté possède un code qui peut être lu par la 3DS, la console portable de Nintendo, pour débloquer du contenu additionnel dans le jeu vidéo. "C'est malin, parce que c'est la première fois où on a un lien entre un objet physique qui va interagir avec la montre et qui va aussi débloquer du contenu sur le jeu vidéo. " s'enthousiasme Paul Pichard, le responsable de la communication des villages Jouéclub, "Quand j'achète un produit, il n'est pas juste pour mettre la médaille dans la montre, ça va me servir à autre chose. Il a un coté pratique et ludique dans le fait de lier ces univers-là, ce n'est pas uniquement dans un but de collection, il y a aussi un usage transversal dans les fonctionnalités de la médailles". La montre, bien que volumineuse, est également un accessoire que les enfants peuvent garder à leur poignet en permanence, comme le héros de la série, ce qui renforce l'identification et permet surtout aux plus jeunes d'emmener le jouet partout avec eux.

Pour autant, même si les produits Yo-kai Watch faisaient parti des meilleures ventes de Noël dernier, il leur reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour de détrôner son rival Pokémon, qui est installé dans le paysage depuis plus de vingt ans.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.