C'est sans doute le couple le plus glamour du début du 20e siècle et cette histoire commence par un coup de foudre.

Zelda et Francis Scott Fitzgerald
Zelda et Francis Scott Fitzgerald © Getty

Ils se rencontrent lors d'un bal de garnison, en 1918. Elle, belle jeune fille du sud, exubérante. Lui, jeune officier du Middle West bientôt démobilisé.

"Danser avec David, c’était comme respirer de bonnes nouvelles. Etre tout contre lui, le visage enfoui entre son oreille et son col droit d’officier, c’était comme pénétrer dans les réserves souterraines d’un luxueux magasin de soieries exhalant les parfums caractéristiques de la batiste, du lin et du luxe en balles.

- Dites "chéri".

- Non.

- Vous m’aimez. Pourquoi refusez-vous ?

- Parce que je ne dis jamais rien à personne. Je ne parle pas.

- Pourquoi ne voulez-vous pas me parler à moi ?

- Ça gâche tout. Dites-moi que vous m’aimez.

- Oh ! Je vous aime. M’aimez-vous ?

Elle aimait tant cet homme, elle se sentait tellement proche de lui que sa vision en était déformée, comme si elle avait pressé son nez sur un miroir en essayant de se regarder dans ses propres yeux. Elle sentait les lignes de son cou et son profil sculpté comme des bouffées de vent qui auraient balayé sa lucidité. Elle se sentait toute petite et extatique. Alabama était amoureuse."

C’est en 1932, entre deux séjours en clinique psychiatrique, que Zelda publie son unique roman, Accordez-moi cette valse , où elle raconte cette scène de leur rencontre, et sa propre version de leur histoire tumultueuse.

►►► POUR ALLER + LOIN | (Ré)écoutez ça peut pas faire de mal

Fitzgerald avait rencontré le succès dès son premier roman, L**'Envers du paradis, publié en 1920. Roman ébauché deux ans plus tôt pour conquérir Zelda. Qui dit succès, dit argent. Ce qui permet à Francis d'épouser Zelda. Comme nombre de leurs compatriotes, Francis Scott Fitzgerald et sa femme décident de tirer profit du dollar fort et émigrent en France. Ils se partagent entre Paris et le sud de la France. C'est sur la Côte d'Azur qu'il écrit **Gatsby le magnifique (1925).
Danseuse, peintre, écrivain, Zelda souffre de son côté de vivre à l’ombre de son mari et peu à peu, la schizophrénie apparait. Fitzgerald la fait interner d'abord en Suisse, puis à Asheville, en Caroline du Nord.
Entre les visites à sa femme, son propre alcoolisme, les dépressions et les soucis financiers, Scott Fitzgerald parvient à écrire ce qui est considéré comme son chef d'oeuvre : Tendre est la nuit (1934) .

"Ce qui me séduit chez ce couple, c’est la précocité, justement, la vitesse et la consomption. Tout leur arrive très vite et leur est retiré aussi vite. Bonheur, succès, argent. Je ne sais pas ce que c’est, d’avoir été adulé puis de voir le monde s’éloigner, les lecteurs déserter... J’imagine que ça peut flinguer quelqu’un" écrit Gilles Leroy, auteur d'Alabama song (Mercure de France, 2008)

►►► POUR ALLER + LOIN | (Ré)écoutez Si l'Amérique m'était contée

En 1937, Francis Scott Fitzgerald n’est plus le brillant écrivain, fêté dans la meilleure société, qui hantait palaces et lieux à la mode dix ans auparavant. Ses livres sont oubliés et les revues ne prennent plus que très rarement les nouvelles qu’il continue d’écrire, entre deux cuites, lorsqu’il parvient à trouver un peu d’inspiration. Il a pourtant terriblement besoin d’argent : Zelda est internée dans l'une des meilleures cliniques psychiatrique de la côte Est et Scottie, leur fille, est pensionnaire dans une bonne école. Pour continuer à régler ses factures, Fitzgerald accepte une offre de la MGM qui lui propose un job de scénariste, payé à la semaine.

"Il continuait de penser qu’il était aussi bon que les autres et quand il terminait un paragraphe qui lui avait coûté des efforts, il hochait la tête avec la satisfaction d’un artisan, allumait une Raleigh de plus et poursuivait sa tâche" écrit Stewart O'Nan dans Derniers feux sur Sunset (Editions de l'Olivier, 2016)

►►► POUR ALLER + LOIN |(Ré)écoutez L'humeur vagabonde

La signature de FS Fitzgerald
La signature de FS Fitzgerald © Getty
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.