Chorégraphie Daniel Linehan

Interprétation Daniel Linehan, Salka Ardal Rosengren et Thibault Lac

« Zombie Aporia allie deux tendances contradictoires : la certitude naïve d’un manifeste et le scepticisme prudent de notre âge. Nous prenons position pour ce que nous faisons, avec hésitation. Nous scandons nos principes avec conviction, mais nous doutons de leur importance. Nous nous engageons néanmoins à exagérer, à en faire trop, tous en même temps. Nous renonçons à la pureté. Nous ne cherchons pas à distiller quelque chose pour en obtenir l’essence, mais plutôt à tout contaminer. Notre approche est intentionnellement non-experte, décidément amateur. »Daniel Linehan

Zombie Aporia
Zombie Aporia © Jean-Luc Tanghe

[...] Découpée en séquences qui se répondent ou se contredisent , Zombie Aporia manie un matériel chorégraphique hautement explosif : les gestes et les expressions des spectateurs de concert. Comment encadrer cette physicalité brute dans une structure précise ? Remonter de l’effet vers la cause ? Cette chorale déchaînée s’appuie sur un dispositif simple : un écran sur lequel défilent textes, mouvements, et trois danseurs qui reproduisent ce qu’ils lisent ou voient, mélangeant fragments de discours, paroles de chansons et gesticulation frénétique. À cette équation de départ ne cessent de s’ajouter de nouveaux paramètres, jouant sur les possibilités offertes par le trio : dire un texte en bougeant ; décrire ce que fait le corps qui suit ce que fait la voix ; chanter, être manipulé, répéter les mots chuchotés par un autre. De l’écran aux yeux, des yeux aux oreilles, des oreilles à la bouche et aux membres, les interprètes forment une série de boucles ludiques, confrontent langage, mimiques et émotions préfabriquées. Les matériaux dansés et chantés se superposent, fabriquent des liaisons parfois absurdes, illogiques, drôles ou inquiétantes. Agités de mouvements désordonnés, lisant, chantant – seuls ou en canon – ils nous font traverser des rythmes, des cadences folles, passer des Sex Pistols a capella aux poèmes de John Ashbery. à la manière des zombies, exprimant émotions et sentiments sans eux-mêmes les ressentir, ils se font caisse de résonance, instruments, poussant la voix – et le sens – dans ses derniers retranchements.

Zombie Aporia
Zombie Aporia © Jean-Luc Tanghe

Texte écrit par Gilles Amalvi pour les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis 2011.Zombie Aporia pourrait ressembler à un concert de rock : sur scène, un trio enchaîne les séquences dansées et chantées, courtes comme les titres d’un album, avec l’énergie désordonnée de fans en délire ou d’une chorale déjantée. Jouant des possibilités offertes par ce contexte, les trois danseurs explorent les relations ambivalentes qui lient le corps et la voix, la danse et la musique, le geste et le langage.

« Zombie signifie mort-vivant. Aporia : une contradiction logique. Le titre Zombie Aporia place une référence à la culture pop devant un terme philosophique. Zombie + Aporia = deux mots qui – selon Google – n’avaient jamais été unis avant que nous décidions de le faire.Notre point de départ a été de créer des formes hybrides, d’unir des termes contradictoires, d’assembler des rythmes contrastés dans le but de créer des monstres performatifs.Dans chaque séquence, nous faisons appel à plusieurs types de matériaux et les faisons entrer en collision : un rythme musical se heurte à un rythme de danse contraire, la manipulation physique déforme la qualité de la voix, les mots écrits fusionnent avec les mots énoncés. (…)Cette rencontre de formes opposées produit parfois une friction, parfois une synchronisation inattendue. Nos investigations sont centrées sur le corps, que nous concevons comme une entité multifacette dans lequel le dynamisme, le langage, le mouvement, le rythme et les perceptions interagissent de façon extrême et désordonnée. (…) Daniel Linehan

Zombie Aporia
Zombie Aporia © Jean-Luc Tanghe

Les dates de la tournée

11-16 novembre - Festival Mettre en Scène - Théâtre National de Bretagne, Rennes17 & 18 novembre - Kaaitheater - Bruxelles21 novembre - Festival Jonge Harten - Groningen23 janvier 2012 - Montpellier Danse, Montpellier29 janvier - La Halle aux Grains, Blois2, 3, 4 mars - Centre Pompidou - Metz

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.