Le monument, qui accueille plus de 6 millions de touristes par an, rouvre au public cette semaine après trois mois et demi de fermeture. Mais avant de permettre aux visiteurs de grimper à nouveau, il faut aménager les espaces et repenser tous les accès.

La Tour Eiffel est fermée depuis le 13 mars.
La Tour Eiffel est fermée depuis le 13 mars. © AFP / Bertrand Guay

Depuis la Seconde guerre mondiale, la Tour Eiffel n'avait jamais été mise à l'arrêt aussi longtemps. Fermée le 13 mars dernier, quatre jours avant le confinement général de la population, celle qui symbolise Paris et la France se prépare à rouvrir, mais sous un certain nombre de conditions. Pendant une semaine, l'accès aux premier et deuxième étages de la grande dame pourra se faire exclusivement par les escaliers. L'escalier Est pour la montée, et l'escalier Ouest pour la descente.

1.300 marquages au sol

Des autocollants ont été apposés, toutes les cinq marches, pour faire respecter une distance d'un mètre et demi entre chaque visiteur. "Nous travaillons à cette signalétique et cette organisation des flux depuis plus d'un mois et demi", explique Laurence Mithouard, chef du département coordination et planification des travaux à la société d'exploitation de la Tour Eiffel. "En tout nous avons dû installer 1 300 marquages au sol, et des panneaux supplémentaires rappelant les gestes barrières". Le port du masque sera obligatoire pour tous les visiteurs de plus de onze ans.

Le marquage au sol dans les escaliers de la Tour Eiffel
Le marquage au sol dans les escaliers de la Tour Eiffel © Radio France / Faustine Calmel

Dans un second temps, à partir du premier juillet, les ascenseurs fonctionneront à nouveau, mais seulement jusqu'au deuxième étage. Il faudra attendre la mi-juillet, si la situation sanitaire continue de s'améliorer, pour pouvoir arriver jusqu'au sommet.

Des tests d'hygiène et un nettoyage renforcé

Des distributeurs de gel hydroalcoolique seront installés en plusieurs endroits du monument. Les équipes de nettoyage seront renforcées et devront pratiquer une désinfection des espaces toutes les deux heures. "Habituellement nous effectuons une désinfection complète le matin, avant l'arrivée des visiteurs", précise Alain Mirallès, responsable du cabinet de conseil hygiène et propreté, "là, la cadence sera augmentée. Les visiteurs verront forcément passer les équipes, et sur certains espaces, nous doublons les effectifs".

Alain Mirallès prévoit aussi d'effectuer des tests de propreté à l'aide d'un écouvillon, frotté sur les surfaces à vérifier (rampes des escaliers, barres des ascenseurs, installations en braille, etc...). Son produit, réactif aux protéines, permet de détecter toute particule d'origine microbienne. Des tests utilisés habituellement dans les hôpitaux ou les usines de production agroalimentaire.

Nouveaux panneaux de rappel des mesures barrières à l'entrée du pilier est de la Tour Eiffel
Nouveaux panneaux de rappel des mesures barrières à l'entrée du pilier est de la Tour Eiffel © Radio France / Faustine Calmel

Une perte d'exploitation de 27 millions d'euros

Toutes ces mesures visent à restaurer la confiance des visiteurs, car la fermeture du site a fait perdre 27 millions d'euros à la SETE, la société d'exploitation de la Tour Eiffel. "Habituellement, les touristes étrangers représentent 80% de nos visiteurs, les Français 20%. Ce sont donc d'abord ces derniers que nous souhaitons faire revenir, une clientèle locale, pour laquelle nous allons proposer des animations, un parcours enfants", défend Patrick Branco Ruivo, directeur général de la SETE, "mais nous avons rouvert notre billetterie en ligne, et nous voyons déjà quelques Allemands acheter leurs places pour les semaines qui viennent". 

Le retour d'une clientèle nationale, comme internationale, est un enjeu financier pour le site qui a accueilli l'an dernier 6 172 000 visiteurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.