Alors que le Centre des Arts d'Enghien-les-Bains accueillait cette semaine le Paris Digital Summit consacré aux images numériques, voici six secrets de fabrication de films grand public. Ils sont dévoilés par le Centre des Arts pour l'occasion, dans un cours en ligne ouvert à tous.

Le tournage de The Mandalorian sur un plateau en intérieur devant l'écran LED incurvé sur 270 degrés.
Le tournage de The Mandalorian sur un plateau en intérieur devant l'écran LED incurvé sur 270 degrés. © Capture / ILM

Comment fabrique-t-on des foules de milliers de personnages dans "Game of Thrones" ? Comment Alain Chabat a-t-il survolé les Champs-Élysées avec de vrais rennes dans "Santa et Cie" ? Quels ont été les premiers effets spéciaux de l'histoire du cinéma ? Il y a une mine d'anecdotes et d'explications livrées par des professionnels dans le mooc grand public que le Centre des Arts d'Enghien-les-bains publie sur la plateforme dédiée de la Fondation Orange. 

Méliès, bien avant Tik Tok

Les effets spéciaux sont aussi anciens que le cinéma. Les premiers trucages du réalisateur Georges Méliès, à la fin du XIXe siècle, sont bien connus, quand il s'agit de décors peints et de tours d'illusionnisme. Avec la caméra, le magicien de métier a vite compris qu'il allait pouvoir continuer à surprendre ses spectateurs. Dès 1896, dans son film "L'homme de tête", Méliès, entre deux tables, décroche sa tête et la pose à coté de lui. Et ainsi de suite, tête après tête. Il filme sur fond noir et réincruste des images nouvelles sur la pellicule.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Aujourd'hui n'importe quel débutant sur Tik Tok, réseau social très prisé des adolescents, apprend à composer des vidéos où il gesticule tout en changeant de vêtement comme par magie, d'un mouvement à l'autre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Des animatroniques pour Nicolas Cage

"Willy's Wonderland", avec Nicolas Cage et les animatroniques auquel il est confronté dans le film
"Willy's Wonderland", avec Nicolas Cage et les animatroniques auquel il est confronté dans le film / .

Comment donner naissance à des personnages fantastiques ou totalement imaginaires ? Comment faire vivre des poupées ? Pour cela le cinéma a inventé plusieurs techniques : le maquillage pour commencer, puis la stop motion, la motion capture, ou la _performance capture. Sur ce terrain Robert Zemeckis, avec "Le Pole Express", a devancé James Cameron et "Avatar"_ avec la performance capture et dans la façon d'animer les visages de statues ou de personnages de 3D avec des émotions humaines. 

Une autre façon de mettre des créatures en scène est de recourir aux animatroniques, qui sont des marionnettes plus ou moins mécanisées ou robotisées. Ce sont des créatures animées à distance par des câbles ou par radiocommande, robotisées, et habillée en général avec une peau en latex maquillée. De King Kong à Jurassik Park, les exemples de manquent pas. Les zombies de "Walking Dead" sont eux aussi des animatroniques, ils étaient pour certains actionnés par des manettes sur le plateau. Puisqu'on parle d'horreur, le prochain film à l'affiche  avec Nicolas Cage, "Willy's Wonderland", le fait évoluer parmi des créatures animées selon cette technique. Le voilà gardien d'un parc d'attraction où les créatures vont se rebeller contre lui. 

"Santa & Cie" : faire voler le père Noël au-dessus des Champs-Élysées

Modélisation des images réelles des Champs-Élysées pour le film Santa et Cie
Modélisation des images réelles des Champs-Élysées pour le film Santa et Cie / Capture mooc "Les secrets des effets spéciaux au cinéma"

"Santa & Cie", le film d'Alain Chabat, grand succès populaire de 2017, et budget de 24 millions d'euros, rassemble de nombreux effets spéciaux. Comment auriez-vous filmé le traineau de Santa au dessus des Champs-Élysées ? On aurait pu installer le père Noël et les enfants dans leur traineau en haut d’une grue, et poser une caméra sur le traineau pour montrer le surplomb par rapport à l’avenue parisienne. On aurait pu faire des images par drone et les alterner avec un plan sur les visages des personnages, le vent dans les cheveux, pour faire croire qu’ils étaient en l’air (avec un bon ventilateur). 

Aujourd’hui on est loin de ces bricolages. L'équipe du film a d'abord fait des prises de vues réelles des lieux, modélisé en 3D les Champs-Élysées, reconstitué les couleurs de l'avenue au moment de Noël à partir de prises de vues sur place. Le processus habituel dans ces cas-là, c'est de faire des prévisualisations, c'est-à-dire de reconstituer le décor et d'y poser des mouvements de cameras virtuelles à partir de logiciels. Quand on est content du résultat, on vient incruster les images des acteurs filmés en studio, qui n'ont jamais quitté le sol. 

Petite anecdote concernant ce film et ses effets spéciaux : les rennes de Santa ne sont pas des créatures numériques. De vrais animaux ont été amenés sur le plateau de la cité du cinéma à Saint-Denis, avant que leurs images ne soient traitées. En revanche leurs bois, sur la tête, étaient faux. On leur a mis des petits casques avec des bois, car au moment du tournage, il n'en avait pas, question de saison. 

Dans "Le retour du roi", une marée humaine 

Le Seigneur des Anneaux, le Retour du roi
Le Seigneur des Anneaux, le Retour du roi / Capture

C'est Joe Letteri qui a travaillé sur les effets spéciaux du "Retour du roi"  (2003), dans la saga du Seigneur des anneaux. Ce pionner a permis au réalisateur Peter Jackson de faire apparaître des milliers de figurants dans le film. 

Avant, on payait 200 figurants et on noyait le reste de l’image dans de la fumée, de la nuit, bref on cachait la misère. Ou bien, comme dans "Gandhi", on convoquait 300 000 Indiens, et on composait une foule immense. Dans "Le Retour du roi", Peter Jackson s’est amusé avec des milliers d’acteurs, totalement imaginaires, et numériques. Chaque personnage virtuel s’est comporté comme les oiseaux qui volent en groupe de milliers de sujets. Ils changent de direction collectivement quand ils rencontrent un obstacle. La modélisation de ces mouvements a été inventée à la fin des années 80.  Et depuis c’est la fête au cinéma, on appelle ça la simulation de Reynolds. En 1992, le groupe de pingouins qui circulent dans Gotham City, chez Batman, ont fait leur première apparition sous l’effet de ce logiciel. Ensuite, on a eu des dinosaures dans _"Jurassic Park" (_1993) qui courraient très vite derrière une famille. 

Mais, en 2001, Peter Jackson a fait sophistiqué. Les entités numériques, les combattants dans le film, ont été doté de comportements, en créant des groupes, ceux qui avancent, ceux qui reculent, ceux qui attaquent et même des sens comme, la vue , l’ouïe, etc. pour leur donner de l'autonomie. Tout ceci est particulièrement bien expliqué sur la chaine vidéo Fouloscopie.

"Game of Thrones"

Duplication de figurants humains, au premier plan, par des figures virtuelles à l'arrière-plan
Duplication de figurants humains, au premier plan, par des figures virtuelles à l'arrière-plan / Capture d'écran/ Game of Thrones

"Game of thrones" a fait appel au studio Goalem de Rennes pour l'un de ses épisodes de la saison 7. Dans cette séquence, Jon Snow  a monté une expédition en direction de Fort-Levant, puis au-delà du Mur, mais voilà son groupe encerclé au milieu d'un lac gelé. Dans ce cas, un tournage avec des figurants humains a déjà eu lieu, en bonne et due forme (à l’ancienne). L’astuce ici consiste à créer des figurants virtuels ressemblants aux figurants réels, et à leur appliquer des règles de mouvements. Pour permettre des plans de cameras plus serrés, les créateurs créent ensuite des mouvements sur les vêtements ou les cheveux de certains de ces petits bonhommes numériques, pour qu’ils apparaissent aussi vrais que des humains lorsque la caméra s’approche d’eux. 

La révolution "The Mandalorian" : l'écran LED plutôt que le fond vert

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Désormais des caméras peuvent filmer une scène in vivo en même temps que ces éléments de synthèse. C'est ce qu'apprennent les élèves de l'école des effets spéciaux numériques à Paris, VFX Workshop. On appelle cela la Manda Cam, en référence aux techniques utilisés pour "The Mandalorian", la série Disney, mais le nom de ce procédé est StageCraft. Plus besoin de filmer en plusieurs étapes, avec des comédiens sur fond vert. Si Méliès peignait ses décors sur des panneaux de bois, le réalisateur de "The Mandalorian", John Favreau, a eu droit à un gigantesque écran LED de 22 mètres de long et 6 de haut. Attention ce n'est pas un écran plat, mais incurvé qui encercle quasiment tout le plateau de tournage, et diffuse un décor mouvant. Ce que diffuse cet écran peut paraître totalement réaliste, mais dans "The Mandalorian", c'est du réel renumérisé en 3D.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Thèmes associés