C'est l'une des sensation du festival de Sundance, qui s'est déroulé cette semaine intégralement en ligne : le film "CODA" a remporté le prix du public et plusieurs prix remis par le jury. Cette adaptation de "La Famille Bélier" pourrait réussir là où les comédies françaises ont souvent peiné : l'adaptation américaine.

Photo du tournage du film "Coda", avec Emilia Jones (à gauche) dans le rôle interprété en France par Louane
Photo du tournage du film "Coda", avec Emilia Jones (à gauche) dans le rôle interprété en France par Louane © Apple TV +

C'est le film qui aura marqué l'édition 2021 du festival du film indépendant de Sundance. "CODA", un film de la cinéaste Sian Heder avec Emilia Jones, Marlee Martin et Eugenio Derbez, l'histoire d'une adolescente tiraillée entre sa passion pour le chant et le besoin d'aider ses parents, un couple de pêcheurs malentendants vivant dans le Massachusetts. Mercredi, pour la clôture du festival, le long-métrage a remporté au total cinq trophées, dont le prix du public, et le grand prix du jury. Avant cela, le film avait déjà battu un record, celui du film vendu le plus cher à un distributeur pendant ce festival, avec une transaction de plus de 20 millions d'euros payée par Apple pour diffuser le film sur sa plateforme de streaming.

Si le scénario de ce drame vous rappelle quelque chose, c'est parce que "CODA" est l'adaptation américaine d'une comédie française à succès : "La Famille Bélier". Sian Heder, qui a elle-même adapté le scénario, a transposé l'action d'une ferme à un petit port de pêcheurs, mais pour le reste (références à Michel Sardou exclues) le synopsis est le même. La version américaine parvient même à éviter les critiques qui avaient pu être faites à l'original français, car les acteurs qui jouent les parents de la jeune Ruby sont réellement malentendants, là où Karin Viard et François Damiens avaient dû apprendre la langue des signes pour jouer le rôle.

Quelques succès déjà au box office américain

Avec ce film déjà salué par la critique, les co-producteurs (parmi lesquels on trouve Pathé, qui avait produit la version française) pourraient faire enfin mentir l'adage selon lequel les adaptations américaines de comédies françaises sont en général des navets doublés d'échecs commerciaux. Peu de films de cette catégorie ont en effet réussi à trouver leur public et, a fortiori, à convaincre la critique. 

L'un des rares contre-exemples étant "Trois hommes et un bébé", adaptation de "Trois hommes et un couffin" en 1987 avec Tom Selleck, Steve Guttenberg et Ted Danson dans la peau de ces trois hommes qui se retrouvent à devoir s'occuper d'un bébé, des rôles incarnés en France par Roland Giraud, Michel Boujenah et André Dussolier. Le film fait 42 millions d'entrées aux États-Unis et est l'un des plus gros succès de comédie de l'année 1987, et la critique est plutôt bonne : sur le site spécialisé RottenTomatoes, il comptabilise 76% d'avis favorables de la presse (mais seulement 47% du public).

Autre succès relatif : "The Upside", sorti en 2019 et adapté de "Intouchables", le film d'Olivier Nakache et Eric Toledano. Si les critiques sont plutôt tièdes (42% sur RottenTomatoes), le film fonctionne bien au cinéma et rapporte 125 millions de dollars pour un budget initial de 37 millions.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bien plus tôt, "Buddy Buddy", adaptation de "L'Emmerdeur" avec Jack Lemon et Walter Matthau à la place de Lino Ventura et Jacques Brel, avait plutôt réussi son passage côté US, avec des critiques plutôt correctes (63% sur RottenTomatoes) mais un mauvais score commercial, le film ne parvenant pas à rentrer dans son budget de production. C'est toujours mieux que le remake français du film en 2008, avec Patrick Timsit et Richard Berry, qui fait à peine un peu plus de 200 000 entrées en France.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

De "Taxi" au "Père Noël est une ordure"

Il y a aussi l'autre extrême : les accidents industriels critiques autant que commerciaux. Et parmi eux, "New-York Taxi" (simplement intitulé "Taxi" en VO), adaptation de la saga de films de Gérard Pirès puis Gérard Krawczyk. L'adaptation américaine, produite comme la VF par Luc Besson, est réalisée par Tim Story et met en scène la rappeuse Queen Latifah dans la peau de l'intrépide conductrice de taxi et la pas-encore-vedette-de-la-télé-américaine Jimmy Fallon dans le rôle du flic timide et maladroit. Sur RottenTomatoes, le film obtient un score auprès de la presse de... 9%. Et les critiques spectateurs sont plus que timides : 43% se disent convaincus.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Même sort pour "LOL", l'adaptation du film de Liza Azuelos (renommé "LOL USA" en VF). La réalisatrice a tourné elle-même la version américaine du film et remplacé le duo Christa Théret - Sophie Marceau par Miley Cyrus - Demi Moore. Le film peine à rentrer dans ses frais (10,5 millions de dollars au box-office pour un budget de 11 millions), ne recueille que 14% de bonnes critiques, et c'est surtout un immense flop en France : il ne fait que 71 000 entrées là où la version originale française en avait fait 3,6 millions.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Et puis, il y a ces adaptations si ratées qu'on les a presque oubliées. Qui se souvient qu'en 1991, Sylvester Stallone avait repris un rôle interprété en France par... Louis de Funès ? "L'Embrouille est dans le sac" n'est autre que l'adaptation de la comédie "Oscar" (c'est d'ailleurs son titre en anglais). Là encore, les critiques dont désastreuses et le film fait perdre près de 10 millions de dollars à ses producteurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un coup de grâce ? "Joyeux Noël", ou "Mixed Nuts" en anglais, adaptation de la comédie française populaire par excellence, "Le père Noël est une ordure". L'adaptation, avec Steve Martin dans le rôle principal, sort en 1994. L'humour grinçant - bien que très édulcoré - et la satire d'une nuit de Noël pas féérique pour un sou ne séduit pas le public américain, et le film est un flop total, aussi bien critique que commercial, certaines critiques parlant du "pire film jamais vu". Même la scène culte du coup de fil à Thérèse, mise en avant dans la bande-annonce, fait un flop.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Rattrapons-nous tout de même en se rappelant que quelques films d'action (ou drames) français ont donné lieu à de beaux succès au cinéma américain, et notamment "True Lies" avec Arnold Schwarzenegger, qui n'est autre que la version américaine et un peu plus musclée de "La Totale" avec Thierry Lhermitte. Un gros succès au box office, avec 378 millions de dollars de recettes, qui a même raflé un Golden Globe.