Le Sénat se penche ce mardi sur la seconde procédure d'impeachment à l'encontre de Donald Trump pour sa responsabilité dans les violences au Capitole le 6 janvier dernier. S'il était reconnu coupable, il ne pourrait pas se représenter à une future présidentielle.

La deuxième procédure d'impeachment contre Donald Trump débute ce 8 février 2021 au Sénat à Washington
La deuxième procédure d'impeachment contre Donald Trump débute ce 8 février 2021 au Sénat à Washington © AFP / MANDEL NGAN

Donald Trump a-t-il provoqué l'assaut de ses supporters sur le Capitole à Washington le 6 janvier dernier ? Est-ce que ses actions constituent une trahison ? Les démocrates estiment que oui, et ce lundi (heure américaine) s'ouvre au Sénat le procès en destitution de l'ex-président américain. Même s'il n'est plus en fonction, une condamnation serait une tache indélébile sur sa carrière en politique et l'empêcherait de se présenter à une autre élection. 

10 représentants républicains ont voté pour l'impeachment

Premier président de l'histoire à faire face à un second procès en destitution, Donald Trump est accusé d'"incitation à l'insurrection" pour avoir encouragé des milliers de ses partisans, réunis à Washington, à se diriger vers le Congrès au moment où les élus certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden le 6 janvier dernier. Bilan : cinq morts, de nombreux blessés, des dégâts et un pays traumatisé. Juste avant l'attaque, il s'était adressé à une foule de manifestants réunis à Washington pour contester sa défaite. 

"Vous ne reprendrez jamais notre pays en étant faibles. Vous devez montrer de la force" leur avait-il lancé.

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, s'est déjà prononcée pour la poursuite de la procédure le 13 janvier dernier, avec 222 voix démocrates et 10 voix de républicains pour l'impeachment (contre 197 contre). 

"Il est impossible d'imaginer que les événements du 6 janvier se soient produits sans que le président ait créé une poudrière, allumé une allumette puis cherché à tirer personnellement profit du chaos qui a suivi", ont assuré les élus démocrates dans leur argumentaire de 77 pages.

Lors du premier impeachment de Donald Trump dans l'affaire ukrainienne, il y a plus d'un an, les Républicains avaient voté comme un seul homme derrière Donald Trump pour son acquittement. Mais cette fois-ci donc, 10 élus du parti de Donald Trump à la Chambre des représentants ont voté en faveur du renvoi du président en procès. Parmi eux, Dan Newhouse :

"Le Président Trump n'a aucune excuse pour ses actes", a déclaré l'élu républicain.

Donald Trump n'assistera pas à son procès

Rien n'oblige un président à assister à l'audience de son impeachment. D'ailleurs, Donald Trump était absent lors de son premier procès il y a un peu plus d'un an. C'est donc tout naturellement que Trump a décidé de ne pas venir au deuxième procès, d'autant qu'il estime qu'il n'a rien à faire là, ce procès allant selon lui à l'encontre de la Constitution. L'élu démocrate Jamie Raskin qui mène l'accusation dans ce dossier l'avait pourtant formellement invité dans une lettre :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Si vous déclinez cette invitation, nous nous réservons tous les droits, y compris celui d'arguer lors du procès que votre refus de témoigner pèse lourdement contre vous", avait écrit Jamie Raskin à Donald Trump dans sa lettre "d'invitation".

En réponse, le conseiller de l'ex-président Jason Miller a déclaré jeudi : 

Le président ne témoignera pas dans une procédure contraire à la Constitution. Une telle procédure ne peut s'appliquer qu'à un président en exercice. 

Le démocrate Jamie Raskin a estimé que le refus de Donald Trump de témoigner "en disait long" et établissait "de toute évidence une conclusion défavorable appuyant sa culpabilité" :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La balle est dans le camp du Sénat

Maintenant donc, place au vote des sénateurs, et la partie est loin d'être gagnée pour les démocrates. Le Sénat est en effet constitué de 50 républicains et 50 démocrates. La présidente du Sénat étant démocrate (en la personne de la vice-présidente Kamala Harris), les démocrates sont donc majoritaires (à une voix près). Mais il faut les deux tiers du Sénat pour que la mesure soit adoptée. Il faudrait donc, qu'en plus de tous les démocrates, 16 élus républicains votent pour l'impeachment.  

Or, un premier vote s'est tenu au Sénat pour déterminer si la procédure devait se poursuivre. "Oui" ont répondu les sénateurs, par 55 voix contre 45. Seuls cinq élus républicains ont donc pour ce "oui". Cela signifie clairement que le parti républicain n'est pas près de lâcher Trump, même s'il est de plus en plus divisé.