62% des Français disent ne pas faire confiance au gouvernement pour réussir le déconfinement, selon le baromètre mensuel Odoxa-CGI pour France Inter, la Presse régionale et l'Express. Édouard Philippe doit présenter mardi après-midi son plan pour "l'après 11 mai".

Emmanuel Macron et Edouard Philippe en réunion avec le ministre de la Santé Olivier Veran, le 24 avril à l'Élysée.
Emmanuel Macron et Edouard Philippe en réunion avec le ministre de la Santé Olivier Veran, le 24 avril à l'Élysée. © AFP / Ludovic Marin

C'est le discours de la semaine, sans doute aussi le discours du quinquennat pour Édouard Philippe. Mardi, le Premier ministre doit présenter le plan pour la fin progressive du confinement, à partir du 11 mai. Il présentera sa feuille de route à 15 heures devant les députés, à l'Assemblée nationale. Comment les Français vont-ils recevoir les mesures prises par l'exécutif ? C'est la grande inconnue.  

En revanche, une certitude, Édouard Philippe devra convaincre. Car pour l'instant, 62 % des Français disent ne pas faire confiance au gouvernement pour réussir ce déconfinement, selon le baromètre mensuel Odoxa-CGI pour France Inter, la Presse régionale et l'Express.

Crise de confiance sur fond de gestion de crise 

Ce mois-ci, Emmanuel Macron gagne quatre points de bonnes opinions et même neuf points depuis mars et le début de la crise sanitaire du Covid-19. "Mais le doute est fort sur son action et près de six Français sur dix (48 %) continuent de trouver qu’il est un mauvais président", note Gaël Sliman, président d'Odoxa. À Matignon, le Premier ministre "s’en sort mieux" : plus apprécié, il a gagné 11 points en deux mois, mais il reste lui aussi majoritairement impopulaire (53 % de mauvaises opinions. 

Et si l’exécutif n’engrange pas davantage de confiance en ce moment et reste si impopulaire, "c’est parce que les deux-tiers des Français (65 %) estiment qu’il n’est pas à la hauteur de la situation depuis le début de la crise sanitaire", rapporte Gaël Sliman. Un sentiment déjà exprimé lors des précédents baromètres. Plus grave encore, plus d'un Français sur six ne fait donc pas confiance au gouvernement pour réussir le déconfinement à partir du 11 mai prochain. 

Mis à part les sympathisants LREM, ceux de tous les autres partis politiques sont majoritairement persuadés de l’échec du déconfinement : 59 % des Les Républicains, 62 % des insoumis, 71 % des socialistes et 85 % des Rassemblement national.

Roselyne Bachelot à la cote

"Réhabilitée" lors du baromètre du mois de mars, l'ex-ministre de la Santé est "canonisée" par le classement des cotes d'adhésion des personnalités politiques d'avril, ironise Gaël Sliman. Roselyne Bachelot, qui n'est plus aux affaires depuis 2012, "culmine à 49 % de cote d’adhésion et écrase littéralement notre palmarès des personnalités politiques"

Mais la Santé est sans aucun doute la priorité de ces temps-ci puisque c'est l'actuel ministre Olivier Véran qui, 19 points derrière, occupe la deuxième place ex-æquo avec l'ancien président Nicolas Sarkozy et devient la personnalité en activité la plus appréciée de l'indicateur. 

Le président d'Odoxa souligne le décalage entre la popularité de Roselyne Bachelot et celle de l'ancienne ministre Agnès Buzyn. "Cette ex-ministre à qui on avait tant reproché son excès de zèle en termes de principe de précaution se trouve plébiscitée justement parce que le manque de principe de précaution ou de prévoyance est ce que les Français reprochent à ceux qui lui ont succédé au ministère de la Santé", commente Gaël Sliman.

Agnès Buzyn "a perdu près d’une dizaine de points en deux mois, au point d’être parmi les dernières en termes d’adhésion et surtout de se hisser sur le 'podium' des personnalités politiques suscitant le plus de rejet en France", devancée par Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.  

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, sélectionnés selon la méthode des quotas et interrogés par internet les 22 et 23 avril. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.