Cette pétition, initiée par le groupe "Écologie Démocratie Solidarité" et co-signée par de gros noms politiques comme Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, vise à tâter le terrain en préambule d'une proposition de loi.

La pétition est notamment co-signée par Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.
La pétition est notamment co-signée par Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. © AFP / JOEL SAGET

Le droit de vote dès 16 ans, et non 18 ans : l'idée n'est pas nouvelle dans la bouche de politiques. Aujourd'hui, elle est notamment défendue par le groupe de députés "Écologie Démocratie Solidarité", qui lancent ce jeudi une pétition pour réclamer le droit de vote à partir de 16 ans. La pétition a déjà reçu la signature de plus de 30 personnalités politiques de premier plan et d'une dizaine d'associations. Une initiative considérée par ses défenseurs comme une avancée démocratique.

"La jeunesse est au cœur des préoccupations en cette rentrée"

Tâter le terrain, sonder l'opinion en préambule d'une proposition de loi, c'est l'objectif de cette pétition. Paula Forteza, députée à l'origine du texte, souhaite ainsi "recueillir le soutien le plus large possible" : "La jeunesse est au cœur des préoccupations en cette rentrée. Elle va être particulièrement impactée par la crise économique, la crise sociale, qui suivent la crise sanitaire que nous sommes en train de vivre", alerte-t-elle.

La députée du groupe "Écologie Démocratie Solidarité" évoque une "avancée démocratique majeure", un "pas dans l'extension de la conquête du suffrage", qu'elle compare au droit de vote étendu aux femmes, aux Français qui habitent outre-mer et aux personnes de plus de 18 ans. "La prochaine étape, dans cette ligne de démocratisation, c’est donner ce droit de vote aux 16 ans", estime-t-elle : "Comment peut-on bâtir le fameux monde d’après, dont on parle régulièrement, sans eux, alors que ça va être leur monde ?"

La pétition est co-signée par de gros noms politiques : des députés La France Insoumise, dont Jean-Luc Mélenchon, qui rappelle d'ailleurs à France Inter que l'idée faisait partie du programme "L'avenir en commun" en 2017. Texte signé aussi par l'eurodéputé Raphaël Glucksmann, ou encore l'eurodéputé Europe Écologie-les Verts Yannick Jadot, pour qui les "jeunes d'aujourd'hui" sont "confrontés à la dure réalité du monde" : "Depuis l’Antiquité, les jeunes ont toujours été attaqués pour une forme de désintérêt absolu pour la chose publique, pour la société, c’est totalement faux. Aujourd'hui les jeunes se mobilisent pour le climat, contre le racisme. Ils peuvent conduire, ils peuvent travailler, ils peuvent être responsables pénalement, mais ils ne peuvent pas participer pleinement à la démocratie en votant."

Mesure électoraliste ?

Mais l'abaissement du vote à 16 ans ne serait-il pas aussi un moyen d'engranger plus de voix, les 18-24 ans ayant majoritairement accordé leurs votes à EELV lors des dernières élections européennes ? "Si les jeunes votent plus favorablement en faveur des écologistes, c’est parce que justement nous nous soucions des jeunes, de leur avenir, de notre destin commun", estime Yannick Jadot. "Ce n’est pas du tout l’argument que nous mettons en avant", se défend aussi Paula Forteza. 

La pétition, qui sera consultable et signable en ligne, a aussi reçu le soutien d'une dizaine d’associations, et notamment les plus représentatives de la jeunesse (UNEF, UNL, FIDL, Animafac, Forum français de la jeunesse, Allons enfants...)

Autre argument invoqué : le vote à 16 ans est déjà autorisé en Écosse, en Autriche, localement aussi en Allemagne ou encore en Suisse. En France, à la suite de la pétition, le groupe "Écologie Démocratie Solidarité" portera le débat dans l'hémicycle le 8 octobre prochain.