Ce mercredi, le Congrès américain doit entériner la victoire de Joe Biden à la présidence. Mais Donald Trump refuse toujours sa défaite et des sénateurs et représentants républicains le suivent dans son déni.

Le Sénateur Ted Cruz dirige la fronde des élus républicains contre la validation de l'élection de Joe Biden
Le Sénateur Ted Cruz dirige la fronde des élus républicains contre la validation de l'élection de Joe Biden © Getty / Caroline Brehman/CQ-Roll Call, Inc

Treize sénateurs et une centaine d'élus républicains à la chambre des Représentants contesteront les résultats du vote des grands électeurs ce mercredi, en soutien à Donald Trump. Car aux États-Unis, le vote du collège électoral (grands électeurs) doit être validé par le Congrès réuni en séance commune (Sénat et Chambre des Représentants), après le vote du peuple, puis le vote des grands électeurs. Joe Biden a remporté l'élection du 3 novembre, avec 81 283 485 voix, lui attribuant 306 voix de grand électeurs et Donald Trump en a récolté 74 223 744, lui attribuant 232 grands électeurs. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Congrès, dernière opportunité de contester l'élection de Joe Biden

La validation de ce mercredi au Congrès devrait, donc, n'être qu'une formalité. Mais Donald Trump refuse toujours ces résultats et plusieurs élus le suivent dans sa remise en cause de la réalité. Tous les recours judiciaires ayant été rejetés, tous les recomptages ayant été effectués, il ne reste plus aux contestataires que cette session spéciale du Congrès pour faire entendre leur voix.

Habituellement, cette séance commune n'attire pas de nombreux élus qui demandent la plupart du temps à un membre de leur équipe de les remplacer pour ne pas à avoir à se déplacer à Washington spécialement pour cela.  

"Cette année, vous pouvez être sûr que tous les sénateurs seront là !" affirme l'historien Don Ritchie au Washington Post.

Une action uniquement pour le spectacle

L'élu d'Alabama, Mo Brooks, est le premier à avoir annoncé qu'il contesterait l'élection de Joe Biden. Pour être entendus, les élus de la Chambre doivent avoir des sénateurs de leur coté. Et ce sera le cas ce mercredi puisque treize sénateurs ont déjà annoncé qu'ils soulèveraient eux aussi une objection à cette élection. À commencer par le sénateur conservateur texan Ted Cruz, conservateur, ancien candidat à la primaire républicaine pour l'élection présidentielle de 2016 remportée par Donald Trump. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les sénateurs et les représentants devront se réunir à huis clos. Ils auront deux heures pour débattre et devront ensuite voter entre eux, avant de rejoindre tous les membres du Congrès qui procéderont ensuite à un vote général. Il n'y aucune possibilité pour Donald Trump de renverser l'élection de Joe Biden ce jour-là, tant l'écart est important (302-236). Mais le spectacle est garanti. 

Donald Trump divise les républicains 

Les tentatives de Donald Trump de renverser les résultats de l'élection a profondément divisé les élus républicains. Le Président du Sénat Mitch McConnell a demandé aux sénateurs républicains de ne pas se prononcer contre la validation du vote des grands électeurs. Après des semaines de silence, il a attendu le 15 décembre pour finalement féliciter Joe Biden pour sa victoire. Il a ainsi marqué une rupture avec Donald Trump.

"Nombre d'entre nous espéraient un autre résultat, mais le collège électoral a parlé" a dit Mitch McConnell

Mais maintenant que treize sénateurs vont le faire, Mitch McConnell se fait discret. Il n'a pas parlé à Donald Trump depuis des semaines selon le Washington Post.

Il a dit à plusieurs sénateurs que leur vote de mercredi était une "question de conscience".