Alors que la campagne de vaccination monte en puissance, cette nouvelle bienvenue : les vaccins vont être enfin produits sur le territoire français. Le laboratoire Delpharm démarre ce mercredi une ligne de conditionnement de doses de Pfizer/BioNTech, dans son unité de Saint-Rémy-sur-Avre, près de Dreux, en Eure-et-Loir

L'usine Delpharm de Saint Rémy sur Avre en Eure et Loir commence à conditionner le vaccin Pfizzer BioNTech
L'usine Delpharm de Saint Rémy sur Avre en Eure et Loir commence à conditionner le vaccin Pfizzer BioNTech © Radio France / Béatrice Dugué

L'unité du groupe sous-traitant pharmaceutique est spécialisée dans la fabrication de médicaments lyophilisés et de liquides stériles. Choisie en novembre, après appel d'offre, elle a du s'adapter pour produire ces flacons qui vont alimenter la vaccination en France mais aussi en Europe. 

Plusieurs millions de doses doivent sortir de l'usine

Les flacons, les bouchons, les capsules métalliques ont été livrés ces derniers jours dans cette usine bordée de champs et de terrains de sport. Et mardi matin, la substance active – le précieux mélange à base d'ARN Messager – est arrivée conditionnée en poches congelées. Elle sera traitée dans une unité montée tout exprès ces derniers mois, et dans laquelle William Bigot est manutentionnaire. "Ca été un gros bouleversement dans l'entreprise, dans les emplacements. Une chaîne a été créée exprès. Ca va vraiment envoyer !" rigole t-il. "C'est tout automatisé et par encore fini", précise t-il. 

18 millions d'euros investis dans le site

"Ils vont commencer par la production de lots-test dans un premier temps ; cela pour s'assurer que tout est conforme aux standards de qualité attendus. Et ils basculeront ensuite, le plus rapidement possible, sur de la production de lots commerciaux", a précisé le ministère de l'Économie français. Delpharm a acheté aussi une cinquantaine de super congélateurs et la glace carbonique qui va avec. Le groupe investit au total, 18 millions d'euros dans ce site. "Ca va être énorme" se réjouit William qui va travailler dans cette unité. "On va bien s'amuser, sans voir le temps passer. Je pense qu'on va travailler les samedis et les dimanches. Mais on a signé pour et moi j'en suis fier !" conclut le manutentionnaire avant de rentrer chez lui. 

L'épicentre français de la production de vaccin

Contents aussi les habitants de cette commune de 4 000 habitants, dont Edwige fait partie : "Je crois que ça va créer une soixantaine d'emplois dans le secteur, raconte t-elle. Et ce qui est sympathique c'est que notre commune sera reconnue partout en France grâce à cette production de vaccin". Patrick Rielh le maire de Saint Rémy, n'est pas loin de penser la même chose. "Dans le temps, on disait que Saint-Rémy était à 80km de Paris Maintenant on dit que Paris est à 80km de Saint-Rémy-sur-Avre", plaisante t-il.  Une boutade doublée d'une précision : la communauté de commune, pôle emploi, la mission pour l'emploi ont aidé au recrutement et à la formation exprès des embauchés : des opérateurs de ligne, des techniciens supérieurs, ou encore des cadres qualités. Notez que tous les salariés – ils sont 300 désormais – de Delpharm à Saint-Rémy, sont en cours de vaccination, afin que le virus ne vienne pas contrarier la production.