Partout en France, les belles initiatives fleurissent pour contrer le coronavirus et venir en aide à ceux qui sont en première ligne.

Partout en France, les beaux gestes de solidarité, souvent envers le personnel soignant, se multiplient.
Partout en France, les beaux gestes de solidarité, souvent envers le personnel soignant, se multiplient. © Getty / Manop Akesaphang / EyeEm

Un peu de baume au cœur en cette période de crise de coronavirus et de confinement. Car si le Covid-19 continue de sévir en France, les beaux gestes de solidarité essaiment eux aussi, à l'initiative bien souvent des citoyens. Des détenus à la maison d'arrêt de Reims, qui donnent de leur poche pour le CHU. Un garagiste dans l'Indre, qui prête des voitures aux soignants. Des collégiens de 12 ans, qui fabriquent des visières de protection grâce à leur imprimante 3D. France Inter a recensé 10 belles initiatives solidaires qui détonnent.  

Des détenus donnent de leur poche pour les soignants

Une initiative, pour commencer, derrière les murs de la maison d’arrêt de Reims : des prisonniers ont lancé une cagnotte destinée aux soignants du CHU, rapporte jeudi France 3 Grand Est. Sur les 139 détenus, environ 30 y ont déjà participé. 1068 euros, très précisément, ont été récoltés.

L’idée solidaire est venue fin mars de deux détenus, qui ont demandé l’autorisation de collecter de l’argent au directeur de la prison, Joël Bigayon. "Je ne suis que le relai de cette initiative", tient à préciser ce dernier à France 3 : "Dès que l'opération a été réalisée, je suis allé les remercier dans leur cellule. Ils ont fait un sacrifice sur leur pécule personnel pour participer à la cagnotte."

"Avec cette pandémie, on peut tous être touché, on est tous dans la même galère, et personne ne peut rester insensible. Les détenus, eux, sont déjà confinés, et se sentent concernés par ce qu'il se passe", poursuit le directeur de la prison. De quoi faire des émules dans d'autres maisons d'arrêt ? En tout cas, les prisonniers "espèrent que cet engouement, leur idée de cagnotte, soit partagé par d’autres établissements pénitentiaires de France, que ça donne l’exemple."

Des étudiants chinois envoient des centaines de masques en France

"Ces étudiants ont gardé un très bon souvenir de leur séjour à Vannes et ils sont reconnaissants envers les Français". C'est ce qu'explique à Ouest France Ying Liu, professeur de chinois : une dizaine d'étudiants chinois, notamment passés par l'Université de Bretagne Sud (UBS), sur le campus de Vannes, ont décidé d'acheminer des masques depuis la Chine pour venir en aide à la préfecture du Morbihan.

Installés aujourd'hui en Chine et en Europe, ils ont ainsi réussi à expédier 600 masques à l'hôpital de Vannes, et d'autres dans un supermarché où ils avaient l'habitude de faire leurs courses. Que dit le slogan déjà ? "La Bretagne, ça vous gagne" ?

Un garage prête des voitures aux soignants

Depuis le 19 mars, le post Facebook du garage "Perier Automobiles" au Poinçonnet, dans l'Indre, a déjà été partagé 1700 fois. L'initiative, repérée par France Bleu Berry, est toute simple : un garagiste met à disposition, en priorité des soignants, vingt véhicules de courtoisie.

"Je voulais garder mon garage ouvert pour aider tous ceux que je pouvais mais malheureusement je n'avais pas assez de pièces détachées pour continuer à travailler", explique à France Bleu le patron, Patrick Perier : "J'ai donc proposé à mon personnel de se concentrer sur le parc de véhicules de courtoisie, de toutes les remettre en état et de les proposer gratuitement à ceux qui se démènent aujourd'hui pour nous sauver. Il faut être solidaire !"

Un post Facebook très liké et partagé.
Un post Facebook très liké et partagé. / Capture d'écran Facebook

Pour s'assurer que les voitures vont bien à ceux qui en ont besoin, Patrick Perier demande systématiquement un justificatif de l'employeur, ou une carte professionnelle qui garantie que la personne en panne est bien soignant.

Le médecin des Girondins de Bordeaux, cœur sur la main

En temps normal, Thierry Delmeule est médecin de l'équipe de football des Girondins de Bordeaux. Mais en cette période de crise du coronavirus et de confinement, il fait bien plus, raconte RMC Sport : il a ainsi mis en place une chaîne de solidarité pour aider le personnel soignant en Nouvelle-Aquitaine. Le matin, Thierry Delmeule continue ses consultations pour les joueurs et le "grand public" depuis chez lui. Et l'après-midi, il gère avec sa femme le groupe Facebook "Pour nos soldats blancs", qui rencontre un succès fulgurant avec déjà plus de 7000 abonnés.

La page rassemble un grand nombre de producteurs ou commerçants locaux de Nouvelle-Aquitaine, qui s'engagent bénévolement pour aider le personnel soignant. Une cagnotte a aussi été lancée sur le groupe, qui a permis de récolter plus de 50 000 euros pour des masques ou encore des blouses.

Thierry Delmeule a aussi créé un compte Instagram, où les sportifs peuvent adresser des messages de soutien aux soignants. Le tennisman Arnaud Clément ou encore la footballeuse Charlotte Bilbault ont déjà livré leurs mots d'encouragement.

Viennoiseries offertes à ceux qui sont sur le pont

De quoi apporter du réconfort dans les hôpitaux : vingt-cinq boulangers du Lot ont livré mercredi et jeudi des viennoiseries aux cinq centres hospitaliers et aux deux cliniques du département, rapporte La Dépêche. Une initiative soutenue par le député de la première circonscription du Lot, Aurélien Pradié, qui a payé de sa poche les matières premières nécessaires à la préparation des viennoiseries. Soit, au total, 1 500 croissants et pains au ch... chocolatines, pardon.

Initiative similaire plus au nord, à Fontainebleau en Seine-et-Marne, raconte France Bleu Paris. Des boulangers ont décidé d'offrir à partir de jeudi des petits déjeuners complets aux soignants de la ville, mais aussi aux pompiers, policiers et agents municipaux. 

Un restaurant concocte de bons petits plats pour le personnel hospitalier

À Lille, un restaurant continue de faire marcher les fourneaux durant l'épidémie : le Bier Buck, qui au lieu de jeter son stock d'aliments à la poubelle, prépare des plats pour les soignants du CHU de Lille, ont constaté les journalistes de l'émission Envoyé Spécial.

Derrière la trouvaille, Florent Ladeyn, chef réputé de 35 ans (connu notamment pour avoir été finaliste de l'émission Top Chef), et un associé : "L'idée n'est pas de faire du bénéfice, on n'est pas là pour ça", témoigne le cuistot, chef de trois restaurants. "Nous ça nous occupe, on fait ce que l'on sait faire, et tout ça, c'est pour ceux qui en ont le plus besoin en ce moment. Si on ne se serre pas les coudes, je pense qu'on ne le fera jamais." Au menu par exemple : betterave rôtie, ou encore navet confit au miel et au romarin. De quoi régaler le personnel soignant.

Des collégiens fabriquent des visières avec leur imprimante 3D 

Vous faisiez quoi, à 12 ans ? Killian et Arthur, eux, conçoivent des visières de protection pour les professionnels exposés au virus grâce à leur imprimante 3D, rapporte France Bleu Hérault. Les deux collégiens, amis depuis la maternelle, sont passionnés par la création d'objets.

Arthur a commencé par distribuer des visières aux commerçants chez qui sa famille fait les courses, comme la boulangère, inquiète parce qu'elle souffre de diabète." J'ai vu aux infos que l'on manquait de masques, et que certains en fabriquaient avec leur imprimante, j'ai essayé. Au début, c'est un peu dur et puis après, tu le fais automatiquement", confie Arthur à France Bleu. La mère de Killian, elle, a apporté une dizaine de masques conçus par son fils à ses collègues de la brigade de gendarmerie de Lodève. La gendarmerie de l'Hérault n'a pas manqué de féliciter les deux collégiens pour leur belle solidarité :

Histoire similaire repérée par franceinfo : Roméo, dans le 13ème arrondissement de Paris, fabrique soixante masques par jour grâce à ses trois imprimantes 3D. Comme quoi la solidarité n'attend pas le nombre d'années.

Des maillots de champions cyclistes aux enchères pour financer des masques

Ce sont des enchères bien particulières qui se sont closes dimanche dernier sur le site de vente en ligne eBay, détaille Le Télégramme : des maillots de champions cyclistes vendus aux plus offrants afin de financer des masques de protection pour le personnel soignant. L'idée vient de l'association Souffles d'espoir à Dinan, dans les Côtes-d'Armor. 

Le maillot du champion de France Arthur Vichot s'est ainsi envolé pour 765 euros. Mais c'est le maillot jaune du quintuple vainqueur du Tour de France Bernard Hinault qui remporte la palme, vendu pour le montant impressionnant... de 12 050 euros. Un jackpot qui va pouvoir permettre d'acheter environ 10 000 masques en tissu, explique au Télégramme Christophe Lefort, président de l'association : "ils seront réalisés par une entreprise locale, puis seront distribués au groupement hospitalier de Dinan - Saint-Malo - Cancale." 

Des tablettes prêtées aux Ehpad

Pas évident, en cette période de confinement, de maintenir la communication entre les personnes âgées et leurs familles. Pour aider les résidents d’un Ehpad d'Aimargues, dans le Gard, la communauté de communes de Petite Camargue a ainsi prêté quatre tablettes tactiles, mises à disposition des résidents, raconte France Bleu Gard-Lozère.

Un prêt qui doit permettre autant que possible de "maintenir le lien avec les familles par internet", alors que les visites dans les Ehpad sont actuellement interdites. Cinq autres tablettes seront en outre bientôt remises par la commune à un autre établissement pour personnes âgées.

Des vacances gratuites pour les soignants

Le personnel soignant, en première ligne de l'épidémie de coronavirus, est exténué. Du coup, les Gîtes de France dans le Lot anticipent l'après : soixante séjours sont d'ores et déjà réservés de juillet à novembre dans le département, relate La Dépêche, séjours qui seront totalement offerts à des soignants. En particulier ceux de régions très touchées, comme le Grand Est et l'Ile-de-France. Des vacances gratuites plus que méritées.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.