La canicule ne touche pas que la France. 40°C sont attendus en Belgique et Allemagne. 37°C en Angleterre et en Suisse. À Genève où le soleil tape fort aussi, les endroits frais se font rares car il faut une autorisation pour installer une climatisation, considérée comme trop gourmande en énergie.

À Genève, il faut une autorisation pour installer une climatisation, mais beaucoup contournent la règlementation
À Genève, il faut une autorisation pour installer une climatisation, mais beaucoup contournent la règlementation © AFP / Only France / Bernard JAUBERT

13 heures à la pendule de la grande gare de Genève Cornavin. L'heure du déjeuner pour de nombreux travailleurs dans ce quartier en plein cœur de la ville. Sauf que ce jour-là, les restaurants proches de la gare sont plus envahis par la chaleur que par les clients. Hormis quelques courageux en terrasse, les salles sont vides. Les tables dressées depuis le matin n'ont pas bougé et vont pouvoir être réutilisées pour le service du soir. Un serveur témoigne: "Personne n'a envie de manger une entrecôte avec cette température". Or, à Genève, on ne se dote pas d'un climatiseur en claquant des doigts. La réglementation est très restrictive.

Genève est l'un des cantons les plus restrictifs quant à l'utilisation de la climatisation

Développement durable oblige, la loi sur l'énergie distingue deux types de climatisation : la climatisation "de procédé", indispensable au bon fonctionnement d'un service. C'est par exemple la conservation de denrées alimentaires, ou le refroidissement de serveurs informatiques. Et la climatisation dite "de confort", soumise à autorisation. "La température de confort retenue à Genève est de 26,5°C, explique le directeur de l'Office cantonal de l'énergie Cédric Petitjean. Si, malgré les mesures prises pour refroidir la pièce, comme la surventilation et l'installation de protection solaires, l'espace reste trop chaud, alors on peut rafraîchir avec une climatisation".

Une équipe d'inspecteurs est chargé de veiller au respect de la loi sur l'énergie. "Si les installations ne sont pas conformes, on peut aller jusqu'au démontage" assure Cédric Petitjean. Des contrôles, ce commerçant d'électroménager – climatisé – est persuadé d'en avoir vu. "On a la climatisation depuis quatre ans. Mais on a eu droit à tout. Un hélicoptère est même passé au-dessus des immeubles pour voir qui avait la clim, assure le vendeur. Vrai ou pas, les fraudeurs sont en tout cas nombreux. "Vous voyez l'immeuble en face et la climatisation sur la terrasse ? Ça fait 23 ans qu'elle n'a pas le droit d'y être". Sauf raison médicale, il est pourtant très difficile pour un particulier d'installer une climatisation.

Climatiseurs sauvages

Une simple ballade dans une rue piétonne de Genève le confirme. Entre les climatisations sauvages et ceux qui ont obtenu une autorisation, les exceptions sont légions. Dans ce magasin de téléphone, on affirme être en règle pour climatiser. Même avec la porte ouverte. "C'est un gouffre énergétique, c'est clair. Mais c'est la politique de l'entreprise, on n'y peut rien", lâche un employé.

La loi interdit pourtant les utilisations non rationnelles de l'énergie. Mais avec 250 contrôles par an pour une population d'environ 500 000 habitants, la fraude à la climatisation a encore de beaux jours devant elle. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.