Moment exceptionnel sur franceinter.fr : trois auditeurs ont été invités à participer à l'interview d'Andreï Makine par Christine Siméone, à l’occasion de la sortie d'"Une femme aimée" (Seuil).

AvecSophie Becker médecin( Paris), Jean-François Leclerq photographe (Fontainebleau), Sylvia Peirone libraire(Gap), la rencontre s’est déroulée le 23 janvier 2013 au cœur de la Documentation de Radio France à la Maison de la Radio.

Makine les auditeurs
Makine les auditeurs © Radio France

Lecture de ce roman passionnant, construction de l'interview, nous avions vingt minutes pour parler de ce livre avec son auteur. Plus le travail avançait, plus le pari semblait risqué, tellement ce livre est riche et complexe.

L'histoire? Celle d'un homme qui essaie de faire une série d'épisodes sur la Grande Catherine de Russie. Une phrase suffit à le dire.

Plus longuement, on dirait que dans ce livre Oleg Erdmann écrit un scénario pour un film sur la Grande Catherine de Russie. Femme de pouvoir, tsarine, mais aussi séductrice, Dom Juan au féminin.

Comment raconter Catherine aujourd’hui, dans la Russie actuelle et pour le monde occidental du XXIème siècle? Andreï Makine est un styliste habile, il rejoue l’histoire, comme au cinéma. On croise Casanova, et Voltaire, Potemkine et bien d’autres. On lui en veut encore d’avoir assouvi ses désirs, à cette femme.

Le désir féminin est t-il avouable, portable en public comme une robe de bal ? Le désir de pouvoir est-il féminin? La preuve. Makine, expert en femmes, et en littérature, mène une réflexion magistrale en suivant Oleg Erdmann chercher cette femme, la rendre au réel et à l’image.

Elle est comme Erdmann d’origine allemande , et le cinéaste repart à travers elle en quête de cette origine perdue. Andreï Makine nous montre également ce qu’est le cinéma et la télévision de la Russie actuelle, engluée entre nouveau capitalisme, mafia, abus de pouvoir et abêtissement général.

Dans ce livre Makine met sous les yeux du lecteur beaucoup d'autres facettes:

  • un portrait de Catherine II, femme de pouvoir, femme de désir, jamais aimée et pourtant insatiable amoureuse

  • le rapport entre l'Allemagne et la Russie

  • une remise en cause de la façon dont s'écrit l'histoire, et pas seulement dans la Russie soviétique

  • une questionnement sur le cinéma, la photo, la vie des comédiens

  • la Russie contemporaine, le pouvoir des oligarques, la violence et l'absence de haine. Makine nous aiguille-là vers une réflexion sur la condition humaine du XXIème siècle.

La liste pourrait être encore plus longue. Makine nous guide dans une lecture souple, sans embûche, tout glisse comme sur de la neige juste ferme, mais l'on n'en finit pas d'ouvrir les multiples tiroirs de ce roman.

Première partie: Le portrait de Catherine II de Russie

Deuxième partie: Andreï Makine, Gabriel Osmonde et les femmes

( Andreï Makine a publié sous le nom de Gabriel OsmondeLe Voyage d'une femme qui n'avait plus peur de vieillir , Les 20 000 Femmes de la vie d'un homme , L'Œuvre de l'amour , et Alternaissance)

Troisième partie: la Russie d'aujourd'hui