C’est l’un des plus grands scandales de la Vème République : l’affaire Boulin. Un film diffusé à la télévision française, "Crime d’État" du réalisateur Pierre Aknine, reprend le fil de l’affaire Boulin. 34 ans après la disparition suspecte de Robert Boulin, des témoins acceptent de sortir de leur silence.

L’ancien ministre du Travail de Raymond Barre, retrouvé mort dans 50 centimètres d’eau, le 30 octobre 1979, dans un étang de la forêt de Rambouillet. L’enquête conclut immédiatement à un suicide par noyade. En 1983, la famille dépose plainte pour "homicide volontaire". Malgré les multiples incohérences (matérielles et médico-légales) de la version officielle, la justice rend une ordonnance de non lieu en 1992.

Pour la première fois, un film diffusé à la télévision française, reprend le fil de l’affaire Boulin et défend la thèse de l’assassinat. Un film "coup de poing" du réalisateur Pierre Aknine, intitulé "Crime d’Etat", diffusé le mardi 29 janvier 2013, à 20 h 45, avec dans le rôle de Robert Boulin le comédien François Berléand.

34 ans après la disparition suspecte de Robert Boulin, certains témoins acceptent de sortir de leur silence. C’est le cas de Bernard Bernard Fonfrède, l’ancien assistant parlementaire du député suppléant de Robert Boulin, Gérard César (actuel sénateur UMP de Gironde.) Il dévoile le contenu d'une partie des dossiers que souhaitait révéler Robert Boulin : les liens entre le RPR et la Françafrique.

Pour l’avocat de la famille Boulin, Me Morice, ce témoignage justifie une nouvelle demande de réouverture d’information judiciaire.