La sensation musicale 2011 vient de sortir son premier album. Avec "Born to Die”, Lana Del Rey se classe en tête des ventes dans 6 pays européens. En France elle détient le record de ventes digitales en une semaine en pulvérisant le record détenu par David Guetta (17 000 contre 11563 )

En Angleterre avec 117 000 ventes elle se classe numéro 1 et devient la meilleure entrée de 2012 et de loin. Elle se permet le luxe de barrer la route à Sir Paul Mc McCartney .

Aux Etats-Unis, dans son propre pays donc, elle n’arrive qu’à la deuxième place. Au total, à ce jour, l’américaine aura vendu 800 000 copies de son premier album, un score impressionnant en ces temps de crise du disque.

Après une existence virtuelle chargée, la semaine promotionnelle parisienne et bien réelle de Lana Del Rey fût également agitée. Point d’orgue de cette semaine folle, sa venue à l’émission le Grand Journal de Canal +. Pendant l’enregistrement de l’émission un chroniqueur lui diffuse la vidéo de la chanteuse grecque dont le titre ressemble étrangement à son tube «Vidéo Games». Et là, patatra… La chanteuse consternée reste sans voix. La gêne est d’ailleurs généralisée sur le plateau. La production décide finalement de couper la séquence. L e Parisien évoque cet incident dans un papier détaillé.

C’est à partir de cet épisode que la rumeur se réinstalle sur le web. Lana, vexée aurait décidé d’annuler l’ensemble de ses interviews pour quitter la France au plus vite. Sur Twitter et Facebook l’information est relayée à grands coups de commentaires assassins. Plusieurs médias relayent l’épisode. Seulement voilà l’information est fausse. Le mardi, la new yorkaise reçoit notamment Paris Match et France Inter.

Le journaliste du Parisien est alors obligé de mettre les choses au clair dans un articlé posté le 1er fevrier. Malgré le démenti, l’information continue à circuler sur le web.

Comment peut-on être à la fois le buzz musical de l’année, être accusée de plagiat, et vouloir arrêter sa carrière avant même avant d'avoir pu faire la démonstration de son talent ? Et bien c'est tout ça Lana del Rey...

Lana Del Rey aura réussi à rassembler le plus grand nombre d’adorateurs et de détracteurs en quelques mois seulement. Un véritable record .

Jamais un tel buzz ne s’était emparé d’internet pour une artiste débutante. Son clip « VideoGames » enflamme la toile dès sa diffusion sur Youtube. Il faut dire queLizzy Grant, alias Lana Del Rey 25 ans, a tout d’une bimbo dont la pratique précoce de la chirurgie esthétique agace et fascine.

Beaucoup suspectent le complot marketing, mais ses premières chansons cinématographiques avec ses orchestrations faisant référence aussi bien à Lee Hazelwood qu’ à David Lynch, agitent aussitôt la presse et les blogs musicaux.

C’est elle qui prend le soin de se définir : une « Nancy Sinatra Gangsta ». Elle prétend aussi faire ses clips elle-même. Une esthétique pointue, mélange de scène de vie californienne et de trash attitude édulcorée.

L'une des rares interviews radio de Lana del Rey, au micro de Matthieu Culleron

Plus convaincante en version digitale que sur scène

La voix de cette créature est surtout très assurée. Son premier « live » à Paris sur la scène du Nouveau Casino sera une réussite. Les concerts suivants seront moins convaincants.Celle qui a grandi à la frontière canadienne au nord de New York assure avoir connu la galère. Vivant dans une caravane elle a dû faire des ménages pour gagner sa vie, donner des coups de mains pour des déménagements.

Autodidacte, sa culture musicale se situe entre Bob Dylan , Jeff Buckley, Nina Simone , Elvis Presley et Nirvana. Coté Hip hop ( style qui n’est pas étranger à son 1er album ) elle cite le très branché collectif Odd Future.

Et puis soudain l’opinion se scinde en deux. D’un côté ceux qui pensent qu’on assiste à l’émergence d’une Star, de l’autre, ceux qui crient à l’escroquerie. Une page Facebook "Fuck Off Lana Del Rey” est même créée.

Des dizaines de milliers de « haters » y vont de leurs jeux de mots pour mieux ridiculiser la coqueluche du web .En France, des internautes font des photomontages en collant des grosses bouches sur des Lamas ou encore sur des photos de Loana , le tout sous-titré « lama delrey » et « Loanadelrey »

S’ajoutent à cela des rumeurs de plagiat de son fameux single « Vidéos games »

Vidéo Games: la chanson qui fait polémique

La chanteuse, auto-lancée par ses vidéos sur internet, avec des titres comme Blue Jeans", "Born to die" et surtout "Video Games", LA chanson scandale, depuis que internautes ont découvert une chanson grecque qui lui ressemble comme une petite sœur.

En effet, dans les années 90 les grecques pouvaient entendre ce titre sur leur radio locale :

La polémique sur la possibilité d’un plagiat commençait à peine, quand une nouvelle controverse est née : Lana del Rey est-elle ce qu’on peut appeler une « artiste » ? Sa prestation en direct, au Saturday Night Live, a tellement déçu qu’au vu des commentaires la chanteuse a annoncé qu’elle allait mettre un terme à une carrière qui n’a toujours pas réellement commencé.

C’est dans ce contexte que sort le premier album "Born to die" . Cet album ne devrait pas arranger les choses car si certains titres sont dans la lignée de ceux qui ont pu émouvoir, d’autres en revanche sont clairement calibrés pour les radios américaines avec parfois une voix qui rappelle parfois plus Britney Spears que Nancy Sinatra.