Il est un peu le "Edgar Hoover français", du nom de l’inamovible chef du FBI, de 1924 à 1972.

Yves Bertrand a dirigé les Renseignements généraux pendant douze ans, entre 1992 et 2004.

Il a survécu à huit ministres de l’Intérieur et deux cohabitations. Mais depuis la révélation d’une partie de ses "carnets secrets", versés au dossier de l’Angolagate (23 cahiers à spirale couvrant la période 1998-2003), l’ancien patron des RG est accusé d’avoir mis en place un véritable "cabinet noir" au service de Jacques Chirac.

Lire le décryptage des carnets d’Yves Bertrand par Renaud Lecadre dans Libération.

Dernier épisode en date, révélé par l’hebdomadaire Le Point : l’informaticien franco-libanais Imad Lahoud explique avoir rencontré à six reprises Yves Bertrand, et ajouté le nom de Nicolas Sarkozy sur les listings Clearstream falsifiés, dans le bureau du patron des RG !

Mise en ligne : Valeria Emanuele __