Voici l’essentiel de la conversation "off the record"sur l’attentat de Karachi, entre Nicolas Sarkozy et plusieurs journalistes, après le sommet de l’OTAN de Lisbonne. La polémique sur le terme "pédophile" employé par Nicolas Sarkozy dans ses propos avec un journaliste a jusqu’ici éclipsé le fait que Nicolas Sarkozy tente de se justifier dans l’affaire de l’attentat de Karachi, affaire qu’il qualifie de "boule puante". Une justification plutôt maladroite…

Dans un premier temps, Nicolas Sarkozy, veut absolument pointer du doigt les erreurs factuels des journalistes le concernant, (il n’a pas été trésorier de la campagne d’Edouard Balladur, mais ministre du Budget ; il n’a pas été directeur de campagne, mais porte-parole de campagne de Balladur). Mais dans le même temps, le chef de l’Etat se livre, lui aussi, à une série d’approximations ou de contre-vérité, dans le dossier Karachi.

Mise en ligne : Valeria Emanuele

Bandeau : Reuters / Lionel Bonaventure

l'essentiel de Le "off" de Sarkozy sur l’attentat de Karachi