Il s'appelle Abdelkader Tigha. Depuis décembre 2002, et une interview fracassante accordée depuis une cellule du Centre de l’immigration de Bangkok au journal Libération , il martèle ses accusations.

Cet ancien sergent-chef, en poste dans les années 90 au Centre territorial de recherches et d’investigations (CTRI) de Blida, accuse l’armée algérienne d’avoir orchestré l’enlèvement des sept moines de Tibéhirine.

C'était dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, près de Médéa, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest d’Alger. Les têtes des moines seront retrouvées deux mois plus tard.

Photo bandeau : Monastère trappiste de Tibéhirine, près de Médéa ( Algérie) __ ©Ps2613

l'essentiel de Moines de Tibéhirine : un ex-militaire accuse l’armée algérienne