"Duch, maître des forges de l'enfer" est le deuxième film de Rithy Panh explorant la mémoire du génocide cambodgien par les khmers rouges. Ce film, une interview en longueur du bourreau par la victime, a été précédé d'un livre sorti le 11 janvier: "L'élimination". Ou comment à la fois faire dire et raconter l'indicible.

Le film, sorti ce mercredi 18 janvier, s'articule autour du personnage de Duch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, interrogé et filmé dans sa prison cambodgienne. Ni un démon, ni un homme banal, son témoignage de bourreau est consternant, et sa parole ambivalente.

Parrallèlement Rithy Panh, avec la collaboration de Christophe Bataille, publie un récit bouleversant qui mêle réflexions sur sa confrontation avec Duch et récit de son existence au Cambodge durant les années du génocide. Il souhaite "raconter le monde d’avant, afin que sa mauvaise part ne revienne plus. Qu’elle soit dans nos mémoires et dans les livres, dans la chair des survivants, dans les stèles des disparus et qu’elle y reste."

Le génocide cambodgien a éliminé près de 2 millions de personnes, réduites en esclavage, torturées et épuisées dans des camp de travail et de "rééducation". Un massacre perpétré entre 1975 et 1979 par les khmers rouges, dont l'un des slogans était: " À te garder, on ne gagne rien. À t’éliminer, on ne perd rien »

Dossier réalisé par Anne-Laure Chouin

Références