C'est une évidence pour certains, ça en fait sourire d'autres : le biathlète norvégien Johannes Boe a annoncé son absence du circuit de la Coupe du monde en janvier, pour se consacrer à la naissance de l'enfant que sa compagne attend. Un "congé paternité" qui a parfois du mal à être accepté dans le milieu sportif.

Le biathlète Johannes Boe a décidé de s'absenter de la compétition mondiale en janvier pour attendre son enfant.
Le biathlète Johannes Boe a décidé de s'absenter de la compétition mondiale en janvier pour attendre son enfant. © Maxppp / PhotoPQR / Fred Haslin

Le sport de haut niveau et la paternité, voilà un sujet qui n'est pas souvent abordé. Pourtant, Johannes Boe, meilleur biathlète du monde et encore victorieux ce week-end au Grand-Bornand, vient d’annoncer qu’il ne disputerait aucune épreuve en janvier. On ne devrait plus le revoir sur les pistes avant le mois de février, renonçant ainsi à une éventuelle victoire en Coupe du monde en fin de saison.

Pourquoi ? Être aux côtés de sa femme, enceinte, et de son futur bébé. Un choix qui suscite, encore aujourd'hui, bien des débats. Le Norvégien veut se consacrer à sa femme et son "futur mini-moi", dit-il en rigolant. "Ce n’est pas possible", explique-t-il. "Il n’y a aucune chance, aucune… Je pense que je vais manquer trois étapes de la Coupe du monde, six courses individuelles. Dans ces conditions, ce n’est pas possible de la remporter", a concédé Johannes Boe. 

Ce sont des choses qui vont complètement au-delà du sport.

En réaction, sur les réseaux sociaux, les commentaires sont parfois sévères. Pierpol39 écrit : "Il représente Johannes Boe ou la Norvège ? Qu'il manque quelques courses pour l'accouchement, c'est compréhensible. Mais refuser de représenter son pays pendant aussi longtemps, je ne vois pas ce qu'il y a d'admirable. C'est égoïste, mais c'est complètement dans l'ère du temps" écrit cet internaute. 

Parmi ses concurrents sportifs, le Français Quentin Fillon-Maillet prend la défense du Norvégien sur le sujet. "C’est une sage décision, je la comprends tout à fait. Ce sont des choses qui sont plus importantes que le biathlon. Il ne sera peut-être papa qu’une fois dans sa vie et moi, je comprends tout à fait sa décision", a estimé le biathlète français. 

"J’ai été confronté un peu à cela, avec une autre situation. Ma copine a eu un cancer et j’ai dû prendre la décision de savoir si je continuais la saison ou pas, à participer aux Jeux olympiques de 2018 ou pas. Elle m’a demandé de continuer et m’a dit que cela lui ferait du bien que je fasses des résultats. Ce sont des choses qui vont complètement au-delà du sport", raconte-t-il. 

Fourcade sur le circuit de la Coupe du monde malgré l'accouchement imminent de sa compagne

Toutefois, de nombreux biathlètes, à l’image de Martin Fourcade, demandent encore à voir, doutant que Johannes Boe assume totalement son choix et ne soit effectivement pas présent en janvier, sur le circuit mondial. Martin Fourcade qui, en mars 2017, avait hésité à participer aux dernières manches de Coupe du monde de la saison en raison de l'imminence de l'accouchement de sa compagne Hélène. 

Il s'était finalement rendu à Kontiolahti et Oslo, égalant ainsi avec 14 succès le record du nombre de victoires en Coupe du monde sur une année. La naissance de la seconde fille du couple, Inès, était intervenue quelques jours après son retour d'Oslo.  

Se priver d’un trophée pour être près de sa femme et de son enfant, quoi de plus normal diront certain.e.s, surtout en Norvège où les hommes bénéficient d’un congé paternité de dix semaines. Pourtant, dans le sport de haut niveau, cela reste donc une décision rarissime et même une première pour un champion de l’envergure de Johannes Boe

Marquinhos moqué pour avoir loupé un match du PSG 

Une décision pas toujours comprise ; pour preuve cette réflexion, il y a deux semaines, de l’ancien entraîneur d'Auxerre Guy Roux se moquant du footballeur brésilien Marquinhos qui avait manqué un match pour pouvoir assister à la naissance de son deuxième enfant. "Ce sont les hommes qui accouchent maintenant ?", avait-il déclaré en direct sur la chaîne L’Équipe, suscitant de vives réactions sur les réseaux sociaux. "Il va donner le sein maintenant Marquinhos", avait surenchéri un chroniqueur, Bertrand Latour.

"C’est avec consternation que nous avons entendu les propos immatures et blessants tenus hier dans L’Equipe du soir", avait réagit le club, avant d'obtenir les excuses de la chaîne et du présentateur.

En 2017, un coach de basket prend la défense de son joueur absent

La problématique ne touche pas seulement le milieu du football. Pour preuve encore, la réaction de cet entraîneur lituanien de basket-ball, Sarunas Jasikevicius, obligé en 2017, de prendre la défense de l’un de ses joueurs en conférence de presse. Un journaliste s’insurgeait parce que le joueur préférait assister à l’accouchement de sa femme plutôt que de disputer les demi-finales du championnat de basket de Lituanie, comme le raconte cette vidéo de franceinfo

"C’est moi qui l’ai autorisé à partir. Quand vous aurez des enfants, vous comprendrez car c’est le summum de l’expérience humaine. Une demi-finale, pour qui c’est important ? Pour l’équipe ? Quand vous aurez votre premier enfant, vous comprendrez ce qui est important dans la vie. Mais vous pouvez me croire, rien n’est plus important, pas même un titre, rien !", avait répondu l’entraîneur face à la presse. 

En 2016, Tony Parker hésite à partir aux JO de Rio

On se souvient enfin des interrogations et des doutes autour du basketteur Tony Parker qui, en 2016, avait un temps remis en cause sa participation aux Jeux Olympiques de Rio car il allait s'apprêtait à être père pour la deuxième fois. Finalement, il n’avait manqué que quelques jours de préparation avant de filer rejoindre l’équipe de France au Brésil.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.