Les jeunes hommes ont particulièrement du mal à acquérir leur indépendance une fois leurs études terminées.
Les jeunes hommes ont particulièrement du mal à acquérir leur indépendance une fois leurs études terminées. © PhotoPQR/Le Télégramme / CLAUDE PRIGENT

Une étude publiée récemment par la Drees, la Direction de la Recherche, des Etudes et des Evaluations Statistiques, montre que le phénomène "Tanguy" s’aggrave avec la crise. Guillaume a 25 ans, il habite dans le Val d'Oise, et un an après avoir fini ses études, il vit toujours avec ses parents, en région parisienne.

Bienvenue chez Guillaume, dans son pavillon de banlieue parisienne, ou plutôt, dans celui de ses parents, car à 25 ans, le jeune homme vit encore avec eux. Malgré un diplôme de graphiste obtenu il y a un an, Guillaume ne trouve toujours pas de travail, ce qui l'empêche d'avoir enfin un "chez lui".

Le reportage de Etienne Schoeffel

De plus en plus de mal à quitter le nid

Plus généralement,de plus en plus de jeunes restent vivre chez leurs parents. L'étude de la Drees, la direction de la recherche, des études et des évaluations statistiques le montre. Les hommes, et précaires (chômeurs, CDD), sont les plus touchés. Suivant l’augmentation des chiffres du chômage, le phénomène est surtout visible chez les moins de 24 ans.

L’étude de la Drees se base sur les enquêtes Génération du Cereq (le Centre d’études et recherche sur les qualifications) de 2007 et 2010. Elles ont suivi une méthodologie bien précise : demander à des jeunes (35 ans au plus), 3 ans après leur sortie d’un établissement de formation, où est-ce qu’ils vivent.

[Les résultats de l'étude en 4 Graphiques](//infogr.am/letude-de-la-drees-sur-les-difficultes-des-jeunes-a-quitter-le-nid-familial) | [Create Infographics](//infogr.am)
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.