C'est le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, qui a finalement détaillé le plan d'aide aux éleveurs proposé par le gouvernement. Il s'appuie sur des dispositifs fiscaux et sur le Fonds d'allègement des charges financière pour lutter immédiatement contre la crise des prix et l'endettement massif.

"Dans le bon sens" mais insuffisant

Un discours suivi de près par les éleveurs sur les lieux de blocage. Comme à côté de Caen, Noémie Bonnin.

►►► LIRE AUSSI | Eleveurs : barrages maintenus en attendant les propositions

Les blocages sont maintenus pendant encore quelques heures, au moins. La FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) juge que les dispositions vont "dans le bon sens" mais elles ne satisfont pas forcément les éleveurs mobilisés.

Jean-Yves Heurtin, président de la FDSEA du Calvados :

Nous sommes rassurés par le fait qu'il y ait autant de ministres à se mettre au travail. Mais a priori les mesures annoncées ne sont pas suffisantes.

Jean PIerre Fleury, président de la Fédération nationale bovine et représentant des éleveurs au sein de la FNSEA, était l'invité du journal de 13h :

24 mesures immédiates

Parmi les mesures annoncées, les allègements de charges atteindront 50 millions d'euros contre 8 prévus auparavant. Entre reports et autres allègements sociaux ou fiscaux, l'effort de l'Etat devrait s'élever à 500 millions d'euros.

"Un dispositif de la BPI de garantie bancaire pour le renforcement de la trésorerie sera mobilisé pour les éleveurs, pour garantir jusqu'à 500 millions de crédits bancaires", a ajouté le ministre, soulignant que cela portait autant sur la dette bancaire que les dettes fournisseurs.

Par ailleurs, dix millions d'euros seront engagés pour promouvoir les produits français à l'étranger et encourager les exportations.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.