L'aéroport de Nice
L'aéroport de Nice © MaxPPP/Nice Matin/Frantz Chavaroche

La loi Macron prévoit la privatisation des aéroports de Nice et de Lyon. Christian Estrosi espère une mobilisation importante en faveur du "non", lors du référendum qu'il organise jeudi.

Le débat a été très vif à l'Assemblée, notamment entre Christian Estrosi et le ministre de l'Economie, lorsque l'article 49 du projet de loi Macron qui autorise le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société gérant l'aéroport de Nice, a été abordé.

L'aéroport de Nice est détenu à hauteur de 60% par l'Etat -on ne connait pas le pourcentage qu'il veut céder- 25% par la Chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur et 15% par les collectivités. Le projet de loi prévoit que les pistes, les terminaux et le foncier demeurent la propriété de l'Etat qui devra approuver chaque année les tarifs des redevances d'aéroport.

L'aéroport de Nice Côte d'Azur, premier aéroport de province, a accueilli 11,66 millions de passagers en 2014, en hausse de 1%, grâce à un trafic international en progression qui a compensé la baisse du trafic intérieur.

Tous les partis représentés à Nice sont opposés à la privatisation de l'aéroport

Depuis le mois de décembre le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi a entamé un bras de fer avec le gouvernement pour tenter d'influer sur le dossier et à lancé l'idée de ce référendum. Les élus PS et le FN opposés à la privatisation, le sont également à la consultation populaire, jugeant qu'il s'agit d'une opération de communication du maire qui aura un coût élevé (100.000 euros).

Jeudi, dans 45 bureaux de vote, ouverts de 8h00 à 21h00, 220.000 niçois sont invités à répondre par oui ou non à la question :

Etes-vous favorable à la privatisation de l'aéroport Nice Côte d'Azur ?

La consigne de vote de la municipalité de Nice est claire :

Je vote non à la spoliation du patrimoine des Niçois et des Azuréens.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.