Manifestation d'agriculteurs dans le Cher
Manifestation d'agriculteurs dans le Cher © MaxPPP

Stéphane Le Foll participe aujourd'hui à un Conseil européen de l'Agriculture. François Hollande a dressé vendredi sa ligne : ce ne doit pas être une réunion normale, la France va devoir imposer ses vues pour sortir les agriculteurs de la crise.

Le ministre de l'Agriculture français va défendre ce lundi son memorandum envoyé à la Commission Européenne. Objectif: réguler les marchés du lait et du porc pour faire remonter les prix.

Stéphane Le Foll propose ainsi de débloquer des aides aux stockages pour inciter les industriels à conserver le produit chez eux plutôt que d'abreuver le marché. Autre possibilité : des incitations à produire moins qui récompenseraient les agriculteurs qui permettent de réduire l'offre.

L'appui de Berlin ?

Laurent Pinatel, président de la Confédération paysanne s'est félicité de ces propositions du ministre. Bernard Lannes de la Coordination Rurale, lui aussi reçu à l'Elysée en fin de semaine approuve aussi le système : "sans régulation ce n'est pas la peine de continuer à dépenser des enveloppes de 200 à 500 millions sur des agriculteurs qui ne pourront pas se désendetter car les prix ne sont pas rémunérateurs. Si on ne réforme pas, y'a plus de 30% des agriculteurs qui vont disparaître."

Même Xavier Beulin, président de la FNSEA, plus libéral d'habitude s'est rangé à cette idée, tout en sachant que ce n'est pas du tout la ligne défendue par Bruxelles. Stéphane Le Foll a conscience qu'il va falloir batailler mais il espère l'appui de Berlin, jusqu'ici réticente. Les agriculteurs allemands souffrent eux aussi de cette crise et le sujet a été clairement abordé le week-end dernier, à Strasbourg lors du dîner entre François Hollande et Angela Merkel.

Alors qu'à Bruxelles se joue une part de leur avenir, plusieurs centaines d'entre eux encerclent depuis ce matin la ville de Vannes.

Romain Roux de France Bleu Breith Izel est avec eux

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.