Salariés d'Air France en marge du CCE
Salariés d'Air France en marge du CCE © Reuters / Jacky Naegelen

Le conseil de discipline d'Air France-KLM doit rendre son avis aujourd'hui sur d'éventuelles sanctions à l'encontre de deux pilotes.

Ils sont soupçonnés d'avoir ouvert un portique de sécurité du siège d'Air France, contribuant ainsi aux violences qui avaient émaillé le comité central d'entreprise (CCE) du 5 octobre 2015, au cours duquel deux cadres dirigeants avaient vu leurs chemises arrachées.

Ce qui est reproché à ces 2 pilotes, c'est d'avoir utilisé leurs badges personnels pour ouvrir un portique de sécurité ce jour là. D'après la direction, les deux hommes, qui se trouvaient à l'intérieur du batiment auraient sciemment permis l'intrusion des salariés qui manifestaient devant le siège d'Air France ce fameux 5 octobre. Eux plaident la bonne foi et affirment qu'ils ne faisaient que sortir des locaux. C'est à ce moment là qu'ils se seraient laissés déborder par la foule. Le syndicatAlter auquel appartiennent ces pilotes dénonce une procédure "à charge" destinée à "intimider" des salariés transformés en "boucs émissaires".Les autres syndicats de pilotes, majoraitaires SNPL et SPAF, se veulent solidaires puisqu'ils siègeront aux côtés des deux pilotes aujourd'hui. S'ils ne peuvent plus être licenciés (ce qui avait été dans un premier temps envisagé), financièrement en revanche, les deux hommes risquent gros.Au minimum, une suspension de salaire durant 2 semaines, au maximum, l'interdiction de toute évolution de carrière pendant 4 ans.Ce serait quand même beaucoup pour une histoire de portique estiment les syndicats qui rappellent qu'à ce jour, ni la justice, ni la police n'ont convoqué les deux pilotes. S'ils avaient été coupables de quelque chose, selon eux, ça ferait longtemps, qu'on serait venu les chercher. Selon nos informations, le SNPL, premier syndicat de pilotes, se réserve le droit d'envisager des actions également si la sanction retenue contre ces deux salariés venait à être "disproportionnée".

Appels à la grève

La CGT a appelé à un mouvement de grève le 28 janvier prochain. Alter, syndicat de pilotes minoritaire, propose de débrayer du 10 au 13 janvier. Outre la CGT et Alter, l'intersyndicale d'Air France est composée des syndicats SNGAF, FO, CFTC, SNPL, SNPNAC, SNPNC, Spaf, Unsa, Sud et Unac. Pour l'instant, seuls la CGT et Alter ont lancé un appel.

Nouveau comité central d'entreprise

Air France devrait tenir un nouveau CCE les 28 et 29 janvier pour faire le point sur les mesures de restructuration qu'elle juge nécessaires afin de redresser son activité, avec notamment jusqu'à 2 900 suppressions de postes d'ici fin 2017.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.