Des départs contraints à Air France sont envisagés
Des départs contraints à Air France sont envisagés © MaxPPP

Quatre jours après un comité central d'entreprise houleux, les représentants du SNPL, premier syndicat de pilotes, reprennent langue avec leur direction. La journée de jeudi a vu le syndicat changer de stratégie : on revient à la table des négociations.

C'est tout un symbole : la motion votée dans la soirée par le Syndicat national de pilotes de ligne d’Air France inscrit pour la première fois le mot "effort". Les pilotes se disent prêts à en réaliser en matière de productivité , en contrepartie du maintien de l’emploi, et c'est une inflexion majeure dans le discours syndical du SNPL.

Le gouvernement appelé à prendre ses responsabilités

Le rendez-vous fixé dans la foulée par la direction d’Air France, aux Invalides, indique une volonté de calmer le jeu des deux côtés, résume un cadre du syndicat. Au lieu de se diviser, les pilotes issus des différents courant du SNPL se sont réconciliés sur un même constat.

Oui aux efforts de productivité, mais non à la aux fermetures de lignes , qui selon le syndicat condamnent à terme l’avenir de la compagnie aérienne. Pour maintenir le deloppement et la croissance d’Air France , les pilotes se disent prêts en revanche à négocier des gels de salaires, à répartir davantage l’activé et à ouvrir des temps partiels.

Ils demandent au gouvernement de prendre également ses responsabilités, pointant du doigt la concurrence déloyale des compagnies étrangères , soumises à des fiscalités sans commune mesure avec le secteur aérien français.

Du coté d’Air France et du gouvernement, on souhaite surtout éteindre l’incendie social réveillé par le désastre du CCE de lundi dernier. La direction d’Air France semble désormais disposée à éloigner au maximum la menace des départs contraints qu’elle brandissait jusqu’ici pour ses salariés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.