Va-t-on vers un conflit à Air France ?
Va-t-on vers un conflit à Air France ? © Arnaud Beinat/MaxPPP

Va-t-on vers une grève dans le secteur aérien l'été prochain ? En tous cas les relations se tendent encore entre Air France et ses pilotes. La compagnie vient d'annoncer que face au refus des pilotes de participer aux nouveaux efforts demandés, Air France va appliquer unilatéralement ceux qui ont été acceptés en 2012 et jamais mis en œuvre. L'accord doit être signé ce mercredi par Alexandre de Juniac encore PDG du groupe.

En résumé, il s’agira pour les pilotes de travailler autant, pour être payés moins. Le syndicat majoritaire des pilotes, le SNPL, dénonce déjà un passage en force. Dès le mois de juin, la direction va imposer des efforts : avec des heures de nuit majorées de 40% contre 50% à ce jour, un calcul moins favorable pour les activités au sol et une durée de préparation au sol réduite de moitié pour les instructeurs. La compagnie prévoit en outre l'annualisation de 12 jours de repos à partir d'avril 2017.

Pas de coup de force là-dedans, assure la direction, les pilotes ont déjà dit oui à ces mesures d'économie en 2012 sans jamais les mettre œuvre. Deux décisions de justice donnent à la compagnie le droit de les appliquer.

Objectif officiel : faire 20 à 30 millions d'euros d'économie. Objectif officieux peut-être : montrer aux autres salariés, en pleine négociation, qu'Air France reste ferme sur ses positions.

Pour autant pas question de revenir au plan de décroissance de l'entreprise, Ce plan B qui avait enflammé les relations sociales. Pour le prouver la direction débloque la livraison de deux avions. Il y a-t-il là de quoi éviter un conflit ? Pas sûr. Le SNPL pointe le décalage entre ces efforts et les bénéfices retrouvés d'Air France assortis d'une augmentation de salaire du PDG. A force de souffler sur les braises, s'indigne une syndicaliste, le feu va finir par prendre.

Air France-KLM a d'ailleurs annoncé mercredi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, grâce à l'amélioration de son offre et aux économies de carburants entraînées par le bas niveau des prix du brut.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.