Né de la décision il y a un demi-siècle de la France et l'Allemagne de lancer le programme A300B, Airbus fête ce mercredi ses 50 ans en grande pompe. Après des débuts timides, le constructeur s'est imposé comme le seul rival de Boeing, signant une performance qualifiée par certains de plus grand succès européen.

Le 14 février 1987, le prince Charles et Lady Diana baptisent au champagne l'Airbus A320, appareil phare de la compagnie européenne
Le 14 février 1987, le prince Charles et Lady Diana baptisent au champagne l'Airbus A320, appareil phare de la compagnie européenne © AFP / HO

Du petit nouveau A220 au gros-porteur Beluga XL, six Airbus escortés par la Patrouille de France survolent Toulouse, ce mercredi, pour marquer les 50 ans du constructeur Airbus, vraie réussite industrielle européenne. Né de la décision il y a un demi-siècle de la France et l'Allemagne de lancer le programme A300B, le groupe forme, avec son rival américain Boeing, un duopole qui règne sans partage sur l'aéronautique civile mondiale. Le géant des airs, issu de la réunion de constructeurs aéronautiques européens, a livré son premier avion, un A300B2, à Air France en 1974.

Un atterrissage ou un décollage toutes les deux secondes

Alors qu'il aura fallu près de vingt ans à Airbus pour livrer son millième appareil, le constructeur en a fourni autant ces trente derniers mois. Aujourd'hui, un Airbus décolle ou atterrit dans le monde toutes les deux secondes, et le carnet de commandes représente environ dix ans de production, assurant du travail pour 130 000 personnes.

L'avionneur européen a surtout vite compris que, pour s'imposer, il lui fallait percer aux États-Unis. Deux ingrédients auront suffi : un avion, l'A300, et une compagnie, Eastern Air Lines, dont le patron Frank Borman perçoit l'intérêt de voler avec des avions plus rentables économiquement. Deux programmes et quelques années plus tard, Airbus lançait l'A320, encore aujourd'hui sa colonne vertébrale. Destiné au moyen-courrier jusque-là dominé par le 737 de Boeing, l'A320, qui a effectué son vol d'essai en février 1987, a été vendu à plus de 15.000 exemplaires dans le monde.

Si Air France a été le premier acquéreur de l'A300, le modèle a surtout permis au constructeur de mettre un pied aux Etats-Unis en séduisant la compagnie Eastern Airlines
Si Air France a été le premier acquéreur de l'A300, le modèle a surtout permis au constructeur de mettre un pied aux Etats-Unis en séduisant la compagnie Eastern Airlines © AFP
Le site Airbus de Toulouse a permis, dès l'A300 (ici en phase d'assemblage), à la Ville rose de devenir la capitale européenne de l'aéronautique
Le site Airbus de Toulouse a permis, dès l'A300 (ici en phase d'assemblage), à la Ville rose de devenir la capitale européenne de l'aéronautique © AFP / Istvan Bajzat
L'Airbus A320, inauguré en 1987, reste à ce jour le plus gros succès du constructeur, et rivalise avec son concurrent direct, le Boeing 737
L'Airbus A320, inauguré en 1987, reste à ce jour le plus gros succès du constructeur, et rivalise avec son concurrent direct, le Boeing 737 © AFP / Markus Mainka
Censé devenir un best-seller, le mastodonte A380 a été l'un des plus gros échecs commerciaux du groupe. Trop lourd, trop grand, trop énergivore, sa production sera arrêtée en 2021
Censé devenir un best-seller, le mastodonte A380 a été l'un des plus gros échecs commerciaux du groupe. Trop lourd, trop grand, trop énergivore, sa production sera arrêtée en 2021 © AFP / Ke Wei
Parmi les derniers-nés d'Airbus, l'A220, dont la conception avait été entamée par le canadien Bombardier. Il est entré en service à l'été 2016
Parmi les derniers-nés d'Airbus, l'A220, dont la conception avait été entamée par le canadien Bombardier. Il est entré en service à l'été 2016 © AFP / Nicolas Economou
Parmi les clients d'Airbus : la République Française. C'est à bord d'un dérivé de l'A330 que les présidents effectuent leurs voyages officiels
Parmi les clients d'Airbus : la République Française. C'est à bord d'un dérivé de l'A330 que les présidents effectuent leurs voyages officiels © AFP / Jean-François Frey
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.