alcatel-lucent va supprimer 10.000 postes dont 900 en france
alcatel-lucent va supprimer 10.000 postes dont 900 en france © reuters

Alcatel-Lucent va supprimer 10 000 postes dans le monde dont 5 000 en Europe pour faire face à la crise que traverse l'entreprise.

La France est bien entendu dans le collimateur avecet la fermeture de plusieurs sites et 1.800 emplois concernés (suppressions et redéploiements)"

Les sites de Toulouse et de Rennes devraient être purement et simplement fermés, un traitement de choc qui sera présenté mardi matin lors du comité d'entreprise européen qui se tient à Paris. Les sites d'Eu et d'Ormes seraient cédés, dans quelle condition ? On ne le sait pas pour l'instant. En revanche, deux unités de production seront épargnées, c'est le cas de Villarceaux en région parisienne, où se concentre la recherche et développement du groupe et de Lannion où sont développés le mobile et les réseaux de nouvelle génération.

A ECOUTER: > Ils ont appris la nouvelle par les médias, le reportage de Brigitte Hug

Les Echos.fr évoquent le cas du site d'Orvault, situé dans le fief électoral du premier ministre, qui pourrait être concerné dans les années à venir. L'équipementier en télécomunications traverse une crise profonde et présente ce plan comme La solution pour rester concurrentiel et ne pas sombrer.

Ce vaste plan de restructurations serait jugé pertinent par Bercy. Les syndicats qui doivent préparer la riposte ne sont sûrement pas du même avis.

A ECOUTER: > Philippe Guillemot, directeur des opérations avec Bruce de Galzain

L'exécutif monte au créneau

François Hollande et son gouvernement ont appelé mardi la direction d'Alcatel-Lucent à revoir à la baisse l'ampleur des suppressions d'emplois prévues en France.

Le Président a annoncé son intention de réduire "autant qu'il est possible" le nombre de suppressions d'emplois chez Alcatel-Lucent. "Nous pouvons faire en sorte que ce soit la fin de ce processus", a-t-il ajouté. "Il y a eu des choix industriels du cote d'Alcatel qui n'ont pas été ceux qui auraient du prévaloir", a-t-il ajouté en ajoutant que l'état n'était pas "décideur" dans ce dossier.

Un peu plus tôt Jean-Marc Ayrault avait rappelé que le groupe Alcatel a reçu des aides publiques très importantes et que "donc il a aussi des devoirs". Le gouvernement sera particulièrement vigilant, at-il expliqué, pour s’assurer que ce dernier plan et bien le "dernier"

Pour Arnaud Montebourg, France paye de façon excessive sa "cotisation à la restructuration mondiale d'Alcatel". Interrogée lors des questions au gouvernement, à l’Assemblée nationale, le ministre du Redressement productif a expliqué avoir reçu le président d'Alcatel pour lui demander de "prendre les voies d'un dialogue social exemplaire avec les organisations syndicales représentatives pour réduire le plan social au mieux possible".

Arnaud Montebourg

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.