Le groupe de télécommunication réduit ses effectifs, et la France ne sera pas épargnée. 1.500 emplois vont être supprimés dans l'Hexagone, c'est beaucoup plus que ce que les syndicats redoutaient. Manuel Ruffez.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.