paris se dote d'une nouvelle arme pour négocier sur alstom
paris se dote d'une nouvelle arme pour négocier sur alstom © reuters

Le PDG de General Electric est reçu à l’Elysée ce mercredi matin, il propose 12 milliards d’euros pour racheter la branche énergie d'Alstom, et promet 1.000 créations d'emplois. L'allemand Siemens annonce qu'il va à son tour se porter candidat.

Le patron de GE a déjà tenté de séduire les parlementaires mardi soir, alors qu’il était auditionné à l'Assemblée.

Jeffrey Immelt, PDG de GE :

Je tiens à dire maintenant qu'Alstom ne disparaîtra pas. Alstom ne sera pas absorbé par GE. Au contraire, les activités regroupées donneraient naissance à un véritable leader mondial dans le domaine de l'énergie, basé en France.

C'est à 8h ce mercredi matin, que Jeffrey Immel a été reçu à l’Elysée

Le PDG de GE propose 12 milliards d’euros pour racheter la branche énergie du champion tricolore Alstom.En fin de matinée, il a également annoncé la création de 1 000 emplois industriels en France, sur trois ans, s'il obtient un feu vert pour le rachat. GE est déjà implanté de longue date en France, avec 10 000 employés pour l'instant, un gage de bonne volonté selon son dirigeant.

A l'issue de la rencontre avec François Hollande, le communiqué de l'Elysée note que l'offre de General Electric sur le pôle énergie d'Alstom a été améliorée, notamment sur son volet emploi, mais qu'il reste du travail à accomplir.

►►► À LIRE AUSSI | L'opération séduction du patron de GE

Siemens à son tour officiellement candidat

L’allemand Siemens l'a annoncé mardi soir, il souhaite récupérer le fleuron tricolore si des conditions équitables sont garanties. Et ce d’ici le 16 juin, alors que la date limite est fixée au 23 juin.

Pour Siemens, offre appuyée par Paris et Berlin, il s’agirait d’acheter la partie énergie d’Alstom, et de lui transférer en échange ses activités ferroviaires.

Une véritable alliance pour créer deux champions européens selon le Président de Siemens France, Christophe de Maistre.

Tout nous intéresse chez Alstom et nous sommes persuadés que notre union ferait la force pour conquérir des marches en matière d’énergie et transports. Il faut sauver Alstom transport et garantir l’emploi des salariés.

►►► ALLER PLUS LOIN | Alstom : l'arme du patriotisme économique

L'emploi et un renforcement du pôle ferroviaire d'Alstom font partie des sujets sur lesquels le gouvernement français s'est dit particulièrement vigilant en cas de rachat des activités énergie d'Alstom.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.