Jeffrey Immelt à l'Elysée le 28 avril dernier
Jeffrey Immelt à l'Elysée le 28 avril dernier © MaxPPP
**Bien parti pour reprendre la branche énergie d'Alstom, le patron du groupe américain General Electric, Jeffrey Immelt, promet de créer des emplois en France et d'être "un bon investisseur". Il était l'invité du JT de France 2 mercredi soir. Selon lui, le processus de rapprochement entre General Electric et Alstom ne fait que commencer.** [Alstom a officialisé mercredi un projet de vente à l'américain de ses activités dans l'énergie pour 12,35 milliards d'euros](http://www.franceinter.fr/depeche-rachat-dalstom-general-electric-favori), en se donnant un mois pour conclure un accord et sans exclure une éventuelle contre-offre de l'allemand Siemens. **Sur France 2, le PDG de GE, Jeffrey Immelt a déclaré :** > Le processus ne fait que commencer, donc il y aura d'autres possibilités pour nous de modifier, d'améliorer ce que nous faisons. GE s'est engagé auprès de l'Etat français à créer des emplois en France et à y implanter les sièges mondiaux des réseaux d'électricité, de l'hydroélectricité, de l'éolien en mer et des turbines à vapeur. ### "Nous serons un bon investisseur" Jeffrey Immelt a rappelé l'engagement de long terme de GE en France. "Nous avons été un bon partenaire, un bon investisseur dans l'aéronautique, la santé, l'énergie", a-t-il dit. > Ce que je dirais aux Français c'est que nous serons un bon investisseur, comme nous l'avons été pendant des décennies. Message aux Français, mais aussi à l'État : malgré un dénouement qui semble inéluctable, le gouvernement refuse encore d'entériner le démantèlement d'un fleuron industriel qui sonne comme un cruel désaveu pour sa politique économique. Le dossier n'est pas "plié", a d'ailleurs déclaré le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg. Le groupe allemand Siemens est également sur les rangs pour reprendre la branche énergie d'Alstom. Fin des discussions prévue d'ici un mois.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.