alstom supprime 1.300 postes
alstom supprime 1.300 postes © reuters

Le groupe Alstom qui emploie 93 0000 personnes dans le monde serait convoité par l'Américain Général Electric. Le spécialiste des infrastructures électriques et ferroviaires dit ne pas avoir été informé d'une offre de rachat et parle de spéculations, mais son action était en forte hausse à la Bourse de Paris.

Selon une information de l'agence Bloomberg, General Electric (GE) est en discussion pour racheter Alstom autour de 13 milliards de dollars (9,4 milliards d'euros).

Ce matin, à 10h40 à la Bourse de Paris, l'action Alstom prend 13,35 %. Elle s'élève désormais à 27,59 euros dans des volumes représentant 4,7 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur NYSE Euronext, après avoir atteint 28,685 euros, son plus haut niveau depuis novembre 2013. La valeur signe ainsi la plus forte hausse du CAC 40. Dans le sillage d'Alstom, Bouygues, qui détient 29 % du groupe, gagne 4,5 % en atteignant 30,315 euros.

Alstom dit ne rien savoir : les précisions de Véronique Julia

Selon Bloomberg, citant des sources au fait du dossier, un accord entre Alstom et GE pourrait être annoncé dès la semaine prochaine, le conglomérat industriel américain ayant, toujours selon l'agence, le soutien de Bouygues. Alstom a indiqué jeudi ne pas être informé d'un projet d'offre publique d'achat sur ses actions, alors que Bouygues a refusé de commenter l'éventualité d'un rapprochement entre Alstom et le géant américain se bornant à indiquer qu'il soutenait le groupe français dans ses choix.

Selon un vendeur d'actions en poste à Paris :

Le prix mentionné dans l'article fait ressortir une offre à 30,5 euros par action (qui correspond au prix payé par Bouygues pour sa participation une fois retraité des dividendes) et pourrait être justifié par des synergies potentielles.

Alstom a ainsi annoncé au début du mois la vente au fonds d'investissement européen Triton d'une activité de fabrication d'équipements destinés aux centrales électriques et à l'industrie pour une valeur d'entreprise d'environ 730 millions d'euros. Le géant américain, qui se recentre sur ses activités industrielles au détriment de sa filiale financière, a enregistré une hausse de 12 % de ses bénéfices industriels au premier trimestre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.