alstom valide l'offre de ge, l'état et bouygues négocient
alstom valide l'offre de ge, l'état et bouygues négocient © reuters

Alstom s'est prononcé samedi en faveur de l'offre de General Electric, alors que l'État négociait toujours le rachat à Bouygues de 20 % des actions du groupe, une condition imposée par le gouvernement à la reprise par le groupe américain d'une partie de la branche énergie du français.

Le conseil d'Alstom a ainsi confirmé, à l'unanimité, son choix initial malgré une offre rivale de l'allemand Siemens et du japonais Mitsubishi Heavy Industries. GE s'est immédiatement félicité de cette décision. "Cet accord est bon pour la France, GE et Alstom", a déclaré le PDG du groupe, Jeff Immelt, dans un communiqué, estimant que l'opération devrait être finalisée en 2015.

Un accord d'ici ce soir ?

L'État français avait lui-même donné vendredi sa préférence à GE, assortie de conditions strictes, exigeant en particulier de devenir le premier actionnaire d'Alstom en rachetant 20 % de la société à Bouygues, une opération pour laquelle des négociations devraient se poursuivre dimanche avec de bonnes chances d'aboutir.

D'après l'économiste Philippe Dessertine :

Bouygues est le cœur du problème, puisque la raison pour laquelle Alstom devait être vendu était le fait que Bouygue voulait se dégager du groupe.

Bercy avait indiqué vendredi que l'opération devrait se faire au prix du marché, ce qui impliquerait de verser 1,7 milliard d'euros environ à Bouygues pour 20 % des actions sur la base de la capitalisation boursière actuelle d'Alstom et d'un cours de clôture de 28 euros vendredi.

Droit de veto

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a prévenu GE et la direction d'Alstom que le rachat de 20 % du capital auprès de Bouygues constituait "un préalable à toute forme d'accord du gouvernement" à l'opération envisagée par le groupe américain.

►►►ALLER PLUS LOIN | Alstom : l'arme du patriotisme économique

Mis il y a deux mois devant le fait accompli du rachat par GE de la branche énergie d'Alstom, l'Elysée estime avoir fait le nécessaire pour "améliorer les offres, passer d'une opération d'achat à une opération d'alliance".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.