Le géant du commerce en ligne a accepté de payer 61,7 millions de dollars pour mettre un terme aux poursuites de la Commission fédérale du commerce (FTC) américaine. Cette dernière accuse Amazon d'avoir retenu une partie des pourboires de ses livreurs indépendants, travaillant pour le programme "Amazon Flex".

Un livreur d'Amazon au centre de distribution d'Hawthorne, en Californie, le 2 février 2021.
Un livreur d'Amazon au centre de distribution d'Hawthorne, en Californie, le 2 février 2021. © AFP / Patrick T. FALLON

Des pourboires pour compenser une discrète baisse des salaires. Amazon va devoir débourser 61,7 millions de dollars, soit plus de 50 millions d'euros, pour régler une affaire de détournement de pourboires. C'est la Commission fédérale du commerce (FTC) américaine qui a épinglée la multinationale, après le dépôt de plaintes de plusieurs centaines de livreurs. L'affaire avait été révélée dès 2019 dans les colonnes du Los Angeles Times. D'après la plainte administrative déposée par la FTC, Amazon promettait aux chauffeurs du programme "Amazon Flex" un salaire de 18 à 25 dollars l'heure et le versement de la totalité des pourboires laissés par les clients.

Mais selon l'agence fédérale, l'entreprise de commerce en ligne a décidé de baisser le taux horaire de ces livreurs à la fin de l'année 2016, sans en aviser les principaux concernés. Amazon aurait ensuite, pendant plus de deux ans et demi, utilisé une partie des pourboires pour compenser cette baisse de salaire et honorer ses promesses de salaire minimum. En août 2019, alors que la FTC commençait à enquêter, le géant du commerce en ligne est finalement revenu à son système de rémunération d'origine.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cet accord de 61,7 millions de dollars entre Amazon et les plaignants doit permettre "de rendre aux conducteurs les dizaines de millions de dollars qu'Amazon a détournés et impose au groupe de demander aux chauffeurs la permission avant de changer sa gestion des pourboires à l'avenir", précise Daniel Kaufman, directeur adjoint au bureau de la protection des consommateurs de la FTC. 

"Nous sommes contents de tourner la page sur cette affaire"

Selon un porte-parole d'Amazon, l'entreprise se félicite de pouvoir "tourner la page de cette affaire", mais maintient son désaccord sur les termes de l'accusation. "Nous ne sommes pas d'accord avec l'idée selon laquelle notre façon de payer les chauffeurs n'était pas claire, mais nous avons ajouté de la clarté en 2019." Il ajoute que "les partenaires de livraison d'Amazon Flex jouent un rôle important dans le service aux consommateurs au quotidien" et affirme que ces livreurs gagnent "l'un des meilleurs taux horaire de l'industrie".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.