Les résultats de cette enquête inédite sur le rapport des Français au travail sont publiés ce jeudi. Au total, 20,4 millions de réponses ont été récoltées.

L'enquête de la CFDT révèle que 77% des répondants aiment leur travail.
L'enquête de la CFDT révèle que 77% des répondants aiment leur travail. © AFP / BORIS HORVAT

Dans son enquête "Parlons travail", la CFDT passe au radar l’organisation du travail d'aujourd’hui et de demain. Avec plus de 200 000 personnes et 20,4 millions de réponses collectées, le syndicat la qualifie de plus grande enquête sur le travail jamais réalisée.

Le manque d’autonomie, seconde source de mal-être au travail

Parmi les principales source du mal-être au travail : le manque d’autonomie. Les trois quarts des sondés préféreraient plus d’autonomie à plus d’encadrement.

Dans le détail, pour 55% des personnes, l’organisation du planning de travail est effectuée assez en amont. La même proportion affirme avoir la possibilité de mettre ses propres idées en pratique. Ils sont 65% à avoir l’impression de ne pas être considérés comme une machine. Mais seulement 27% des personnes cochent ces trois critères d’un niveau d’autonomie normal.

Pour Hervé Garnier, secrétaire national du syndicat : "Ce qui est très révélateur dans l'enquête c'est le lien qu'il y a entre le mal-être au travail et les questions de santé. Si on prend ceux qui disent manquer d'autonomie, ils sont trois fois plus nombreux à dire qu'ils ont des problèmes pour dormir, mais ils sont neuf fois plus nombreux à dire qu'ils prennent des médicaments du fait de leur travail."

Participer davantage aux décisions importantes

L’enquête révèle aussi que 73% des personnes veulent participer davantage aux décisions importantes qui affectent leur entreprise ou administration. Un tiers pensent ne pas pouvoir s’exprimer librement sur leur lieu de travail et huit sur dix souhaiteraient que leur entreprise ait un fonctionnement plus démocratique.

Marylise Léon, également secrétaire nationale CFDT explique : "Les salariés disent non seulement qu'ils ont une légitimité et qu'ils ont une utilité à apporter leur vision du travail dans le fonctionnement de l'entreprise et mais aussi qu'ils sont certainement plus lucides que leurs responsables ou les grands dirigeants qui sont souvent bien éloignés de la réalité de ce qu'il se passe dans les entreprises."

Rire et solidarité pour mieux travailler

Dans l’enquête, on apprend également que 70% des salariés affirment rigoler souvent au travail.Deux tiers affirment s’entraider entre collègues. Un tiers répondent que le travail peut être dangereux pour la santé. La moitié des personnes pensent que leur charge de travail est excessive. Et 58% disent ne pas avoir le temps de faire leur travail correctement. De plus, la moitié des sondés affirme ne pas pouvoir compter sur l’aide de se supérieurs.

Mais surtout : plus des trois quarts des sondés aiment leur travail.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.