L'Express va être racheté par Patrick Drahi.
L'Express va être racheté par Patrick Drahi. © PhotoPQR/L'Alsace

Il n'était question que de quelques titres. Finalement, c'est l'ensemble des magazines français du groupe belge Roularta qui va être racheté par l'homme d'affaires Patrick Drahi.

Après son aquisition de SFR l'année derrière, le patron de Numericable, également principal actionnaire de Libération et propriétaire d'une chaîne de télévision en Israël, est en train de constituer un grand groupe de médias en France. L'Express, l'Expansion, l'Étudiant, Lire ou encore Point de Vue... Patrick Drahi met la main sur le cinquième pôle de magazines français constitué d'une vingtaine de titres, sans compter les sites internet.

Un pôle racheté pour une bouchée de pain comparé à ce que le belge Roularta avait déboursé en 2006 pour l'acquérir : on parle de plusieurs dizaines de millions d'euros, contre 210 millions il y a 9 ans !

Un drôle d'attelage

Regroupé avec le journal Libération, renfloué l'été dernier par Patrick Drahi, ils formeront bientôt un seul et même ensemble sous la bannière Altis Media Group. S'y ajoutera la chaîne de télévision israélienne i24news, ainsi que les titres de la presse professionnelle de l'associé et ami de Patrick Drahi, Marc Laufer. Des médias aux lignes éditoriales très différentes...

► ► ► LIRE AUSSI | Patrick Drahi ne compte pas rapatrier ses capitaux en France

Les sociétés des journalistes de Libération et de l'Express ne cachent pas leur inquiétude. Elles ont publié un communiqué commun jeudi pour exiger quelques garde-fous. Emmanuel Paquette, président de la SDJ de l'Express :

D'un côté i24news, une chaîne pro-israélienne : aujourd'hui, nous, à l'Express, nous ne sommes ni pro ni anti-israéliens, donc on ne veut pas que cette ligne éditoriale ait un impact sur notre magazine. Et de l'autre côté, Libération, avec une ligne éditoriale à gauche... Nous refusons qu'il y ait des passerelles entre ces différentes rédactions.

Dans l'entourage de Patrick Drahi, on affirme que ce ne sera pas le cas. En revanche, des synergies, de l'écrémage dans les effectifs, il y en aura sûrement. L'Express, l'Expansion et les autres magazines du groupe Roularta représentent un peu plus de 700 salariés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.