Une éclaircie dans le ciel assombri d'ArcelorMittal. A Dunkerque, la direction annonce le redémarrage du haut-fourneau, le numéro 2, à compter du 20 janvier.

Arrêté depuis le mois d'août pour des opérations de maintenance, l'installation était restée en sommeil au bout des 90 jours prévus, en raison de la faiblesse de la demande. Les salariés d'Arcelor craignaient que ce haut-fourneaux ne redémarre jamais.

Le groupe Mittal a expliqué sa décision par "une légère reprise technique en Europe du fait d'un phénomène de restockage de l'acier chez les clients lié à la faiblesse des stocks".

Réaction évidemment satisfaite, bien que prudente de Philipe Collet, le secrétaire CGT du CE d'Arcelor Dunkerque, interrogé par France Bleu Nord

La direction d'Arcelor Dunkerque n'a pas souhaité expliqué cette annonce dans l'immédiat. Un comité d'entreprise est prévu le 22 janvier. Le redémarrage devrait redonner du travail à une centaine d'intérimaires.

Pendant ce temps là, les Mittal de Florange manifestent

Hier, une cinquantaine de membres de l’intersyndicale d’ArcelorMittal à Florange a bloqué les voies de la ligne TGV reliant Metz au Luxembourg, qui passe tout près du site d'ArcelorMittal. Un TGV a été retardé durant une heure trente, des TGV ont également été retardés.

Les délégués CFDT, CGT et FO qui avaient également entamé hier le blocage d'une gare interne au site industriel, par laquelle passent quotidiennement une vingtaine de convois de minerais et d'acier ont à nouveau bloqué ce matin le train à chaud du site, pour protester contre le projet d'arrêt des hauts fourneaux.

Ils veulent "se faire entendre" alors qu'ils entrent dans la "dernière ligne droite" avant le 31 mars, date de l'arrêt programmé du système de chauffe des hauts-fourneaux, qui condamnerait les installations à un arrêt définitif.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.