paris se dote d'une nouvelle arme pour négocier sur alstom
paris se dote d'une nouvelle arme pour négocier sur alstom © reuters

"Siemens continue son travail" sur une offre d'alliance avec l'entreprise française, assure le ministre de l'Économie. Arnaud Montebourg estime toutefois que rien n'est encore joué, même s'il salue la "constance" et le "sérieux" du groupe allemand.

Selon le ministre, Siemens a même écrit mardi à Alstom pour développer son offre sur le groupe industriel français, ou plus précisément sur son pôle énergie, qui l'intéresse particulièrement. Devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Arnaud Montebourg s'est voulu rassurant et réaliste à la fois.

Siemens a écrit aujourd'hui à Alstom pour leur demander des précisions, approfondir la connaissance dans l'entreprise Alstom, dans le but évidemment de développer, certainement, une proposition. Nous avons compris cette détermination comme étant constante, sérieuse, appliquée. J'en ai remercié Monsieur Joe Kaeser.

Le patron de Siemens montrerait selon lui tous les signes de bonne volonté attendus par le gouvernement pour une "alliance" avec le groupe français, qui fabrique notamment les TGV.

Arnaud Montebourg veut aussi se montrer ferme sur la question (propos recueillis par Marion L'Hour)

Le groupe américain General Electric est aussi sur les rangs. Mais le gouvernement veut favoriser autant que possible des alliances plutôt qu'une simple acquisition, et ce afin de préserver les intérêts industriels de la France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.