Le géant d'Internet lance ce jeudi une enceinte connectée qui est bien plus qu'une simple enceinte connectée, avec pour ambition de vous aider à tout faire ou presque à la maison.

Google Home est disponible ce jeudi sur Internet, le 9 août en magasins FNAC et Darty
Google Home est disponible ce jeudi sur Internet, le 9 août en magasins FNAC et Darty © Radio France / Olivier Bénis

C'est le tout premier assistant virtuel à domicile à sortir en France : le Google Home, une enceinte connectée que vous pouvez contrôlez simplement en lui parlant, est disponible ce jeudi 3 août sur Internet (sur les sites de Google, FNAC et Darty), il arrivera le 8 août en magasins (FNAC et Darty). Une sorte de majordome qui peut vous permettre de contrôler à la voix votre musique, vos séries télé, l'éclairage de votre appartement ou votre thermostat, mais aussi de vous instruire ou d'organiser vos journées. Petit tour d'horizon de ce que vous pouvez faire avec Google Home (et de ce qu'il peut faire avec vous).

En savoir plus sur tout ce qui vous passe par la tête

Ça a l'air d'une évidence, mais Google Home, c'est avant tout... Google. Donc, à l'origine, un moteur de recherche devenu au fil des ans une source d'informations sur à peu près tout et n'importe quoi. Il était logique que l'objet correspondant soit sur la même longueur d'ondes. Une fois installé, la machine se prête avec une belle efficacité au jeu des questions réponses.

Pour la plupart des questions de culture générale, Google Home vous donnera directement la réponse issues de la base de connaissance de Google (le fameux "Knowledge Graph" qui agglomère des informations croisées de différentes sources). S'il ne l'a pas, il vous indiquera alors une réponse donnée par un site en vous indiquant la source. Bref, c'est l'outil à cacher à tout prix pendant une partie de Trivial Pursuit.

► À ÉCOUTER | Comment transformer un touriste virtuel en véritable Français ?

Remplacer vos télécommandes

Seul, Google Home est une enceinte connectée qui peut donc, outre la douce voix de son intelligence artificielle, vous faire écouter la radio ou de la musique, avec une qualité tout à fait honorable. La télécommande de votre chaîne hi-fi devient donc superflue puisqu'il vous suffit de demander à Google Home de vous faire écouter un artiste, un album, une station pour qu'il le ou la diffuse. Vous pouvez aussi à tout moment lui demander de mettre le son à fond, ou au contraire de baisser le volume.

Pour remplacer d'autres télécommandes, il faudra d'autres outils :

  • un Chromecast (la clé HDMI de Google, que vous pouvez brancher sur votre télé) pour pouvoir commander Netflix, YouTube ou autre à la voix ("lance le prochain épisode de ma série préférée", "pause", "passe à l'épisode suivant")
  • un Chromecast audio si vous voulez utiliser que votre installation sonore plus puissante vous obéisse au mot et à l’œil.
  • des ampoules connectées pour pouvoir demander à Google Home d'éteindre ou d'allumer la lumière, d'en changer la couleur, ou l'intensité
  • un thermostat connecté pour pouvoir lui demander de baisser ou augmenter le chauffage

En soi, Google Home ne fait rien de véritablement nouveau, mais l'objectif ici est uniquement de vous permettre de le faire sans aucun effort (et donc, en faisant des économies de chaussettes). En revanche, une telle installation peut rapidement vous coûter cher en matériel...

Vous faire économiser des post-it

Outre des informations générales, Google Home propose aussi des informations plus précises et surtout plus adaptées. Si vous avez fourni votre adresse, il peut ainsi vous donner la météo, les conditions de circulation dans votre ville, et même votre programme de la journée si vous utilisez un calendrier en ligne. Vous pouvez aussi lui demander de vous rappeler des choses (la liste des courses par exemple) ou de prévoir l'heure du réveil de demain.

Vous entendre (mais pas forcément vous écouter)

Google Home est certes une enceinte connectée, mais c'est aussi un micro connecté. Un micro très sensible d'ailleurs, capable de vous entendre parfaitement y compris à l'autre bout d'une très grande pièce, avec tout ce que ça implique aussi comme questions sur le respect de la vie privée. Google assure que les micros, s'ils sont nécessairement actifs quand vous branchez l'appareil, n'envoient aucune donnée à leurs serveurs quand l'appareil est en attente d'une commande. En revanche, dès que vous avez utilisé la formule "OK Google" (qui fait réagir l'appareil), ce que vous dites ensuite est retranscrit, transmis à l'intelligence artificielle en ligne pour être analysé et vous fournir une réponse adaptée.

En soi, ce n'est pas forcément différent du fait d'effectuer une recherche en vous connectant sur Google via votre ordinateur ou votre smartphone. Mais Google Home facilite tout de même la transmission d'informations que vous voudrez bien lui fournir. Gilles Drieu, directeur de l'ingénierie de Google Home, explique que le respect de la vie privée a été l'un des éléments fondamentaux pour élaborer le produit.

Nous avons un seul bouton sur l'appareil, et c'est celui qui vous permet de couper le micro.

Il estime aussi que l'utilisateur a toujours le contrôle sur les traces qu'il laisse sur Internet en utilisant Google Home. "Toutes les questions que vous posez sont retranscrites et accessibles. Et vous pouvez effacer toutes ces requêtes ou celles qui ne vous plaisent pas. Ça garantit un contrôle absolu [pour l'utilisateur]", assure-t-il. Évidemment, tout dépend ensuite de votre niveau de confiance et des données sur vous que vous voudrez bien (ou non) évoquer devant ce très discret nouvel appareil.

► ALLER PLUS LOIN | Grand Angle : Google Home, des oreilles qui vous veulent du bien ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.