Bruno Le Maire inaugure ce jeudi au Havre le CMA CGM Antoine de Saint Exupéry, nouveau navire amiral du groupe, un porte-conteneur géant qui navigue sous pavillon français depuis début 2018, l'un des plus gros en navigation en 2018.

Le CMA-CGM Antoine de Saint-Exupéry vient concurrencer les géants des mers chinois et danois, parce que la taille, ça compte.
Le CMA-CGM Antoine de Saint-Exupéry vient concurrencer les géants des mers chinois et danois, parce que la taille, ça compte. © AFP / Roslan RAHMAN

400 mètres de long, 59 de large et une capacité de 20 600 conteneurs : c'est un géant des mers qui est inauguré au Havre ce jeudi par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. Baptisé Antoine de Saint-Exupéry, le nouveau porte-conteneurs du groupe CMA-CGM, livré en janvier dernier par son constructeur philippin en fait le neuvième plus gros navire commercial en activité sur les eaux de la planète.

Commandé en 2015, le Saint-Exupéry est le premier d'une série de trois navires appelés en hommage à de célèbres navigateurs. Le second, le Jean Mermoz, navigue sous pavillon maltais et le troisième, le Louis Bleriot, sera livré courant septembre.

Avec une telle taille, les trois porte-conteneurs peuvent concurrencer les géants des groupes maritime chinois Cosco et OOCL ou du danois Mærsk, 90 % des marchandises du quotidien transitant par la mer.

Prochains géants au gaz naturel

La présence d'Elisabeth Borne, ministre des Transports, et de Bruno Le Maire, vient montrer le rôle central du transport maritime dans l'économie mondial.

Mardi dernier, lorsqu'il a annoncé sa démission sur France Inter, Nicolas Hulot s'en était pris à ce mode de transport polluant, véritable "cadeau empoisonné pour la planète".

Mais le numéro 3 mondial, le français CMA-CGM, a fait le choix l'an dernier d'équiper ses futurs porte-conteneurs géants de motorisation au gaz naturel liquéfié, un choix qui avait alors été salué par celui qui occupait les fonctions de ministre de la Transition écologique et solidaire.

Neuf navires sont ainsi prévus, des bâtiments qui seront construits en Chine par les chantiers d'État de China State Shipbuilding Corporation.

Pour l'instant, les bateaux fonctionnant au GNL sont encore peu nombreux sur les mers, et ils sont de plus petite taille.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.